Critique 738 - Djinn T.7 Pipiktu

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Jean Dufaux
Dessinateur : Ana Mirallès
Coloriste : Ana Mirallès
Éditeur : Dargaud

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 10/2007
ISBN-10 : 2-5050-0138-3
ISBN-13 : 978-2-5050-0138-6
Nb Pages : 49
Prix de détail : 19.95$ (11.00€)

Genre : Aventure; Conte historique



Présentation de l'éditeur
La femme vue par Ana Mirallès a quelque chose de divin --, ce septième tome ose une violence peu commune au coeur d'une Afrique en proie à la révolte... Jean Dufaux dévoile le tragique destin de Lord Nelson et de son épouse, tout en insufflant à Jade un machiavélisme qui surprendra bien des lecteurs. Quant au somptueux dessin d'Ana Mirallès, il nous dévoile une Afrique d'une rare férocité.

Chapitre après chapitre, les auteurs Jean Dufaux et Ana Mirallès entraînent leurs lecteurs à divers endroits du continent africain, alors que ces derniers ont été nombreux à tomber sous le charme de la ravissante Jade, mieux connue sous sa simple appellation de Djinn. Après un premier cycle de quatre albums axés sur une enquête menée par l'aïeule de Jade, Kim Nelson, les auteurs ont poursuivi leur récit, sans cette dernière, dans les profondeurs de l'Afrique noire du début du siècle dernier. En effet, alors que Jade, Lord Nelson et son épouse Miranda étaient de passage dans cette région, leur embarcation fut sauvagement attaquée par des indigènes. Fascinés par la perle noire que Jade portait à l'oreille, tout comme leur déesse, les assaillants enlevèrent la jeune femme... shock

Djinn T.7 ÉSC'est sur cette note qu'est démarré le second cycle d'aventures de Djinn, présenté de façon plus segmentaire, mais conservant toutefois un fil rouge d'un album à l'autre, grâce auquel il est possible de suivre l'évolution de Jade et de sa rivalité intérieure quant à ses nouvelles responsabilités en tant que la déesse Anaktu réincarnée. En effet, avec ce découpage différent de celui utilisé lors du premier cycle, le lecteur aura la sensation d'avoir lu, cette fois-ci, un chapitre qui concerne principalement le personnage de Charles Augery, dans lequel, bien évidemment, interagissent les protagonistes de la série. Bien que cet opus n'offre pas de point tournant dans la série, les éditions Dargaud ont tout de même choisi d'offrir Pipiktu sous deux éditions différentes. Ainsi, l'édition régulière est accompagnée d'une seconde, dotée d'une couverture différente représentant Miranda, dans laquelle se trouve un DVD spécial intitulé Jade, I Presume ? - À la recherche d'un Djinn. D'une durée de 48 minutes, ce DVD comprend un film réalisé par Emilio Ruíz Zavala au sujet de la genèse de la série. smile

Encore une fois chaleureusement illustrée et mise en couleurs par l'artiste Ana Mirallès, cette bande dessinée continue d'offrir un excellent moment de lecture et, contrairement à l'histoire du premier cycle, n'est pas juchée d'événements peu plausibles ou simplement incongrus. À dévorer! winkthumb2

ok ok ok ok /5

Liens vers les critiques des tomes précédents de Djinn:
arrow Djinn Int.1 Cycle premier: L'intégrale
arrow Djinn T.5 Africa
arrow Djinn T.6 La Perle noire

Publié dans Critiques

Commenter cet article