Critique 751 - Jérôme K. Jérôme Bloche T.20 Fin de contrat

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Alain Dodier
Dessinateur : Alain Dodier
Coloriste : Cerise
Éditeur : Dupuis
Collection : Repérages

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 10/2007
ISBN-10 : 2-8001-3991-9
ISBN-13 : 978-2-8001-3991-3
Nb Pages : 48
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Polar



Présentation de l'éditeur
Même les héros n'ont qu'une vie...
Jérôme n'est plus en sécurité nulle part. Que ce soit chez lui ou chez Babette, sa fiancée, un sinistre individu le piste sans répit, bien décidé à le faire passer de vie à trépas. L'imagination du tueur est sans limites pour mener à bien ses sombres desseins : cela va du classique tir nourri dirigé vers les fenêtres de notre héros au serpent à la morsure mortelle déposé sous sa couette. Jérôme est dans de sales draps, au propre comme au figuré. Car si les serpents changent de peaux, Jérôme n'en a qu'une. Et il y tient ! Pour se sauver, notre ami est prêt à tout, à mordre en premier s'il le faut...


Que feriez-vous si vous étiez au courant que la tête de quelqu'un en particulier était mise à prix, et que vous saviez à la fois qui est à l'origine de la commandite, et qui est mandaté pour l'affaire? C'est exactement dans cette situation que se trouvait le « héros » Jérôme K. Jérôme Bloche dans la première partie de ce diptyque, alors que suite à une erreur de relecture de numéro de téléphone, une jeune demoiselle se présente à son bureau pour lui demander d'exécuter son beau-père qui la bat. De toute évidence, Jérôme n'a pas accepté le contrat qui lui était proposé. Toutefois, son intégrité personnelle et professionnelle l'a poussé à empêcher le drame, ce qui a détourné l'attention du tueur vers une nouvelle cible... shock

Un vingtième tome d'une série de bandes dessinées franco-belges n'est pas une chose à prendre à la légère! En effet, on pourrait assurément interpréter ce fait comme s'il représentait un gage ou une constance de qualité dans la réalisation des albums, un sujet pour lequel Alain Didier n'est décidément pas étranger. Démarrée au début des années 1980 avec l'aide de ses comparses Makyo (Pierre Fournier) et Serge Le Tendre, la série Jérôme K. Jérôme Bloche a vu beaucoup de chemin depuis ses débuts dans le journal Spirou. Cependant, depuis Zelda, le 6e tome de la série, les lecteurs ont eu droit à une équipe créatrice inchangée, alors que Dodier assurait la descénarisation des albums, tandis que Cerise en maintenait la continuité, et ce, depuis le tome 1, dans la mise en couleurs des planches de l'artiste. smile

À raison d'approximativement une nouveauté tous les 12 à 14 mois, et ce, tout au cours des 22 années de publication de cette série, la satisfaction des lecteurs n'a pas eue à être mise à l'épreuve avec de longs délais entre les opus. Ainsi, aujourd'hui, après 14 mois de patience, il est maintenant possible de connaître la fin tant attendue de ce deuxième diptyque de la série, dans un polar très divertissant, soigneusement réalisé, et duquel se dégage un humour léger plein d'humanité. En bref, voilà donc un nouvel album tout à fait à l'image de la série! winkthumb

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique du tome précédent de Jérôme K. Jérôme Bloche:
arrow Jérôme K. Jérôme Bloche T.19 Un chien dans un jeu de quilles

Publié dans Critiques

Commenter cet article