Critique 757 - Solas T.1 Opikayana

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Anders Walter
Dessinateur : Anders Walter
Encreur : Miwer
Coloriste : Anders Walter
Éditeur : Paquet

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 08/2007
ISBN-10 : 2-88890-231-1
ISBN-13 : 978-2-88890-231-7
Nb Pages : 72
Prix de détail : 26.95$ (13.00€)

Genre : Science-Fiction



Présentation de l'éditeur
Cela fait quinze ans que Solas attend l'heure de se venger. Enfant, il a vu les membres de sa famille exterminés par Nedal, le tyran qui règne sur la planète. L'heure de la vengeance sonne quand Niloc, le vieux compagnon d'armes de feu son père, décide de mener une dernière tentative pour renverser Nedal et son empire mondial.
Afin de détruire le système vital de satellites qui régit l'armée de robots tueurs de Nedal et libérer la planète, ils vont devoir infiltrer l'endroit le plus sombre et le plus dangereux du monde occupé: la forteresse du tyran!


À la fin des années 1970, le genre de récit connu sous le nom de Space Opera s'est vu profiter d'une très grande hausse de popularité, au point tel que, si l'on en croit les témoignages des cinéphiles (un peu crack pot!) de l'époque, certains sont retournés plus de 360 fois au cinéma afin de visionner le premier opus d'une grande saga dans le genre, réalisé avec un budget modeste, et mettant en vedette des acteurs inconnus tels que Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford! En effet, en 1977 paraissait le chapitre IV de Star Wars, lequel fut par la suite rebaptisé A New Hope à la sortie de la nouvelle trilogie, marquant du coup un immense changement dans le cinéma de science-fiction, en représentant, sous une dimension interstellaire, l'histoire de The Hidden Fortress du cinéaste nippon Akira Kurosawa. smile

En guise de clin d'oeil à ces six films de George Lucas, l'artiste Anders Walter reprend la thématique des récentes affiches de la série pour créer celle de son premier album publié en langue française aux éditions Paquet. Intitulé simplement Opikayana, le nom de la race de la créature blanche illustrée au centre de la couverture, cette première moitié du diptyque offre une riche introduction au monde dans lequel évolue Solas, le héros de cette histoire, agrémentée de plusieurs scènes d'action et d'humour, lequel est particulièrement narquois à l'égard du dirigeant autocrate et despotique et de son armée. Cette dernière, constituée presque exclusivement d'androïdes (ça vous rappelle quelque chose?), est d'ailleurs ironiquement dirigée par un cow-boy haut comme trois pommes ressemblant étrangement au personnage de Yosemite Sam des dessins animés de Bugs Bunny! wink Ainsi, Solas, un jeune homme orphelin depuis sa jeunesse, chérit le jour où il pourra enfin rendre venger son père. Or, pour y arriver, il devra surmonter une armée d'inlassables robots avant d'atteindre le tyran Nedal...

Illustrée et mise en couleurs dans un genre très invitant, cette bande dessinée possède tous les éléments graphiques nécessaires afin d'attirer l'attention d'un grand nombre de lecteurs, particulièrement ceux qui ont un penchant pour les séries de science-fiction à caractère fantastique à la Arleston. Ensuite, ce sera grâce au développement dynamique de l'histoire que le lecteur restera intéressé tout au long des 66 planches de cet album, et attendra patiemment la parution du deuxième et dernier volet que l'on espère pour 2008! winkthumb2

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article