Critique 927 - Jazz Maynard T.2 Mélodie d'El Raval

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Raule
Dessinateur : Roger Ibáñez Ugena
Coloriste : Roger Ibáñez Ugena
Traduction : Charles D'haene
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 04/2008
ISBN-10 : 2-505-00347-5
ISBN-13 : 978-2-505-00347-2
Nb Pages : 48
Prix de détail : 21.95$ (13.00€)

Genre : Polar noir



Présentation de l'éditeur
Jazz Maynard est un trompettiste virtuose, un cambrioleur professionnel et un homme au grand coeur. Enfant, avec son ami Teo, il a dû apprendre bien vite les lois de la rue dans le quartier d'El Raval, à Barcelone. Il a bien tenté de fuir à New York, mais son passé l'a rattrapé... Ainsi, de retour, il retrouve Teo, son ancien ami Judas, sa ville et les désagréments qui l'accompagnent : vols, bagarres, flics corrompus, scandale politique...

Les talents de cambrioleur de Jazz sont mis à contribution. Il a dû accepter de commettre un vol pour le compte de Judas s'il ne voulait pas voir sa soeur tuée. Judas n'est pas un inconnu : il est le nouveau chef d'El Raval et était l'ami d'enfance de Jazz et de Teo avant de se rallier à l'Avocate, chef d'El Raval avant lui. Jazz est le seul à pouvoir dérober la pièce « Double Eagle » d'une valeur de 10 millions d'euros à un chef de gang d'Europe de l'Est...


Dans la première partie de cette trilogie barcelonaise, les auteurs avaient présenté leurs protagonistes dans une excellente mise en scène qui aurait fait rougir d'envie le réalisateur Quentin Tarantino. En effet, utilisant un découpage du récit d'un dynamisme en parfait accord avec l'histoire elle même, ils offrirent à leurs lecteurs une introduction passionnante dans laquelle il fut possible de rencontrer les deux personnages principaux du triptyque, en Jazz Maynard et son ami Téo, ainsi que leur antagoniste direct au prénom des plus inspirés, soit le dénommé Judas. wink

1933 Double Eagle Gold CoinAvec une telle réussite pour leur tome inaugural, lequel a entres autres été nominé pour le prix Bédélys d'Or 2007, les auteurs Raule et Roger se sont donc incontestablement placés la barre bien haute, et ce, dès le départ! Ainsi, pour les deux volets qui leur restait alors à livrer, ils devaient s'attendre à ce que les amateurs de la série se soient créées des attentes sérieuses en ce qui concerne la qualité et l'intérêt offerts pour les albums suivants. Eh bien, ces derniers ne seront pas déçus, car dans cette deuxième partie, les protagonistes se retrouvent dans une situation des plus délicates, alors que Jazz se fait manipuler afin qu'il accepte d'aller dérober l'un des rares exemplaires du Double Eagle de 1933 toujours en existence. Cette légendaire pièce de monnaie, d'une rareté comparable à celle du dollar canadien en argent de 1911, détient encore aujourd'hui le record pour le montant le plus élevé payé pour une pièce des USA, soit la modique somme de 7,590,000$US (approximativement 4,750,000€)! shock

Continuant toujours dans la même veine que celle instaurée dans la première partie, soit en entrecoupant les scènes relatant le temps présent de courtes incursions dans le passé des protagonistes, ce nouvel opus s'avère être une seconde belle réussite pour les auteurs, qui se traduit bien évidemment par un plaisir de lecture renouvelé. Décidément une série à ne pas manquer! smile

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique du premier tome de la série Jazz Maynard:
arrow Jazz Maynard T.1 Home Sweet Home

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article