Critique 944 - Apocalypstick

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Antoine Ozanam
Dessinateur : Sergio Meliá
Coloriste : Studio Léonardo
Éditeur : Caravelle
Collection : Urbaine

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 03/2008
ISBN-10 : 2-87444-033-7
ISBN-13 : 978-2-87444-033-5
Nb Pages : 48
Prix de détail : 21.95$ (12.90€)

Genre : Roman Graphique



Présentation de l'éditeur
Barcelone, un couple à la dérive... Qui n'a jamais rêvé de pouvoir tout recommencer ?
Robin se remet mal de la rupture de son couple. Il est un romancier à succès, et c'est sans doute grâce à son don d'écrivain que va germer l'idée qui lui permettra de reconquérir le coeur d'Alicia. Du jour au lendemain, il vend tous ses biens et raconte à qui veut l'entendre qu'il part pour un grand tour du monde, sans retour. Finalement, cela n'étonne personne : il a toujours dit qu'il détestait la ville. Surtout cette ville, Barcelone. Trop belle pour ne pas être mangé par elle. Donc il part. Enfin, il fait croire qu'il part. Car en vérité il ne fait que déménager sous une autre identité. Et s'il s'absente vraiment de Barcelone, c'est pour rentrer dans une petite clinique suisse où il fait modifier son apparence physique. Son visage change, bien sûr. Mais son corps aussi (quelques kilos en moins, ainsi que des grains de beauté). Exit donc Robin, place maintenant à Malo. Celui-ci va à la rencontre d'Alicia. Mais une seconde chance existe-t-elle réellement...


Qui n'a pas déjà rêvé de pouvoir recommencer à zéro une période de sa vie, ou encore, à plus petite échelle, une rencontre importante avec un client ou bien un examen de fin d'année? Bien souvent, il faut se contenter de vivre avec les décisions que l'on a prises, ou justement, pas prises, et avec les actes que l'on a posés ou non. Pourtant, dans le cas du protagoniste de ce récit d'Antoine Ozanam, une occasion unique se présente à lui qui lui permettra peut-être de conjurer le sort. Y parviendra-t-il? donnowhy

Montée dans l'esprit d'un roman à la Alexandre Jardin, cette bande dessinée illustrée par Sergio Meliá permet au lecteur de suivre l'évolution d'une situation très particulière orchestrée par le romancier Robín Ramos. En effet, regrettant amèrement sa rupture avec Alicia, soit celle qu'il considère toujours la femme de sa vie, Robín choisit de jouer quitte ou double afin de récupérer sa bienaimée. Ainsi, après être passé sous le bistouri pour se faire une nouvelle identité, il tente de charmer à nouveau son ex-conjointe. Or, cette fois-ci, il a l'avantage du terrain... wink

Il faut l'admettre, avec la faible quantité de titres qui paraissent dont la trame de fond est le romantisme, la nature même d'un album tel qu'Apocalypstick ne peut que tomber à point. Alors, quand on ajoute à cela ce sujet si particulier, présenté sur un support joliment dessiné par l'artiste qui visite sans hésiter plusieurs sites historiques conçus par Antonio Gaudí, ce one-shot tissé sur un fond barcelonais a finalement tout pour piquer la curiosité chez de nombreux amateurs de 9e Art! Heureusement, les auteurs livrent efficacement la marchandise, et proposent ainsi une histoire divertissante qui ne tombe pas facilement dans le moule des récits souvent vus au cinéma. À découvrir. smile

ok ok ok /5

Lien vers la critique d'un précédent tome réalisé par Sergio Meliá:
arrow Une Mansarde à Paris

Publié dans Critiques

Commenter cet article