Critique 128 - Nirta Omirli T.2 Je suis partout

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Jean-David Morvan
Dessinateur : Bachan (Sebastian Carrillo)
Coloriste : Bachan (Sebastian Carrillo)
Editeur : Les Humanoïdes Associés

Taille : Grand format
Dépot Légal : 01/2006
ISBN : 2-7316-1649-0
Nb Pages : 48
Prix de détail : 23.95$ (12.90€)



Synopsis du site de Les Humanoïdes Associés
Après leur atterrissage en catastrophe sur la planète NèVe-RiKoSSe, les cinq uniques survivants de la destruction du Transporteur qui ramenait 3000 casques bleus vers la Terre après une mission de pacification sont secourus et pris en charge par des Humains.
De toute évidence, la mission a échouée : la guerre fait toujours rage entre les autochtones et les troupes de l'officier Nirta Omirli.

Ce dernier vient d'être abattu par ses ennemis et nos cinq casques bleus sont conduits à Gergovia, le QG de campagne, pour assister à son enterrement, en attendant l'arrivée... du nouveau Nirta Omirli !

Si les quatre femmes soldats semblent ne plus vraiment comprendre la situation (Nirta Omirli n'a-t'il pas été exécuté sous leur yeux 23 ans auparavant ?), l'Amiral Hammarskjöld donne l'impression d'en savoir un peu plus que ce qu'il veut bien laisser croire...


Dans le deuxième tome de cette série de science-fiction fort intéressante, toujours aussi bien illustré par Bachan, c'est dans une ambiance telle que décrite par George Orwell dans son roman 1984 qu'il est donné au lecteur de retrouver les personnages du premier tome. En effet, après leur avoir effectué un atterrissage d'urgence sur la planète NéVé-RiKoSSe, les protagonistes sont secourus par un patrouille de soldats et menés à la ville de Gergovie, une cité construite dans le modèle d'un village collectiviste du temps de l'URSS!

Jean-David Morvan offre au lecteur pour ce deuxième tome un scénario tout aussi passionnant que la première partie, et Sebastian Carrillo (alias Bachan) démontre incontestablement un confort accru dans l'illustration des personnages en tous genres, ainsi que dans son dessin en général.

En résumé, une digne suite au premier album captivant qui plaira, encore une fois, plaira à tout amateur de bonnes séries S-F! winkthumb

ok ok ok ok /5

arrow Lien vers la critique du tome 1: Nirta Omirli T.1 Un jeu cruel

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jérémy 25/03/2006 19:05

Bonjour, un nouveau! j'adors bien les BDs :-)tu connais "Les démons d'Alexia" (Dupuis? j'adors très fort. Si tu veux voir mon blog ;-)Merci