Critique 157 - Maître de Peinture (Le) T.3 Premier concert

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Frédéric Richaud & Makyo (Pierre Fournier)
Dessinateur : Michel Faure
Coloriste : Michel Faure
Editeur : Glénat
Collection : Caractère

Taille : Grand format
Dépot Légal : 11/2005
ISBN : 2-7234-4968-8
Nb Pages : 48
Prix de détail : 21.95$ (13.00€)



Synopsis du site de Glénat
La Pologne traverse une crise politique qui déchire ses habitants. Les rues de Varsovie s'emplissent de rumeurs et de cris contre le nouveau président élu, tandis que les révolutionnaires sont traqués...

Mais Frédéric Cyprian et le couple Zinguleski traversent bien d'autres abîmes, puisque la douce Eliza, malgré elle, ne peut cacher à son mari son amour naissant pour le jeune peintre. Fuyant le foyer conjugal, on lui découvre un talent qu'elle prend grand soin de cacher. Durant ses absences, Adam, en manque d'inspiration, cherche toujours à percer le talent de Frédéric, les installant ainsi tous deux dans une relation de respect et d'amitié.

Mais la passion s'accommode mal des compromis, et elle s'empare aussi bien des destins du trio amoureux que de celui de leurs proches, l'heure est aux règlements de comptes... Un récit peint à la manière des plus grands maîtres !


Toujours présenté sur un canevas d'une Pologne en pleine crise politique, cette fois-ci lors des quelques jours entre lesquels le Parlement de la Rzeczpospolita Polska (République de Pologne) élit son premier président Gabriel Narutowicz et où celui-ci se fait abattre par l'un des sympathisant des Narodowa Demokracja (Démocrates Nationaux).

Dans ce troisième opus, le lecteur retrouve les personnages Frédéric Cyprian, Adam Zinguleski et Eliza Zinguleska alors qu'eux aussi vivent un intense moment de crise dont le point focal est la jeune et sublime Eliza et les sentiments qu'elle suscite à la fois chez son mari Adam, et le jeune Frédéric, tous deux peintres, amis, et impressionnés respectivement du talent de l'autre. En parallèle, il est donné de suivre l'évolution des sentiments de bonheur qu'elle permet à ses spectateurs de ressentir lors de ses performances en tant que pianiste dans des récitals privés organisés chez sa tante. Et de surcroît, le lecteur est témoin de l'infléchissement dans la poursuite inlassable de l'inspecteur de police Jezewski afin de réussir à mettre la main sur Nikolas, un révolutionnaire et ami de Frédéric.

En résumé, le troisième tome de cette série, dont la lecture préalable des deux premiers chapitres est fortement conseillée afin de profiter pleinement des intrigues qui y sont présentées, est tout aussi intéressant que les tomes précédents, et présente le dénouement de l'histoire vers une fin dramatique et surprenante.

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Mîreldar 26/04/2006 06:32

J'ai bien aimé Makyo dans Balade au bout du monde.  Je crois que celle-ci me plairait.  Je note.  Merci