Critique 161 - Wolverine: Origins #1 Born in Blood, Part One

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Daniel Way
Dessinateur : Steve Dillon
Coloriste : Dan Kemp
Lettrage : Randy Gentile de Virtual Calligraphy
Couverture : Michael Turner & Peter Steigerwald
Editeur : Marvel Comics

Taille : Format comic US normal
Dépot Légal : 05/2006
ISBN : <Aucun>
Nb Pages : 32
Prix de détail : 4.25$ (2.99USD)

Synopsis du site de Marvel
Premiering a new ongoing series that picks up where House of M #8 and "Origins and Endings" (Wolverine #36-40) left off! Armed with the one thing that could kill him, as well as key clues to his very existence, Logan embarks on the first leg of a long and bloody quest for vengeance against those who once enslaved him. No longer feeling the need to play it quiet, Logan's first strike elicits a Condition Critical response from the U.S. government. With no other choice, they drop their bomb - and you won't believe who it is! When Logan hits D.C., someone's going to be waiting for him. [Whatever you do, don't turn to the last page of this issue until you've read the whole issue -- you'll regret it if you do.]

Tel que mentionné dans le synopsis composé par l'éditeur, la série Wolverine: Origins prend naissance suite aux événements qui se sont déroulés dans la mini-série House of M, puis dans le dernier cycle d'histoires de la série régulière Wolverine scénarisé par Daniel Way et dessiné par Javier Saltares.

Ainsi, pour démarrer cette nouvelle série parallèle mensuelle, le scénariste Daniel Way délaisse la série régulière du protagoniste, au profit de Marc Guggenheim qui reprendra la suite des événements dès le 42e numéro, pour faire équipe avec Steve Dillon, le dessinateur du numéro spécial annuel des Ultimates 2, afin de créer un comic aux dessins fort bien réussis et construits à partir d'un scénario rempli de surprises et de scènes de combat intéressantes. Ainsi, dans cet épisode, le lecteur retrouve donc le personnage de Wolverine alors qu'il vient de retrouver la mémoire et entame son processus de vengeance afin de faire payer les responsables des préjudices et des atrocités qu'il a subies durant le siècle de son existence! shock

Enfin, en résumé, en plus d'offrir aux lecteurs deux couvertures régulières différentes, dont la présente dessinée par Michael Turner, les auteurs permettent de suivre un tout nouveau cours d'histoire de l'antihéros fondé sur des avenues encore inexplorées! Donc, dorénavant, tout est encore à découvrir! wink

ok ok ok ½ /5

À noter pour les collectionneurs, il existe à ce jour trois différentes couvertures de ce comic:
arrow Couverture A de Joe Quesada & Richard Isanove, ratio de livraison 1:2
arrow Couverture B de Michael Turner et Peter Steigerwald, ratio de livraison 1:2
arrow Couverture C de Michael Turner, version croquis de la couverture B, limitée et produite à l'occasion du Wizard World 2006 de Philadelphie

Publié dans Critiques

Commenter cet article