Critique 232 - Aëla T.1 Princesse Viking

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Pascal Bertho
Dessinateur : Stéphane Duval
Coloriste : Nadine Thomas
Participation au storyboard : TaDuc (Olivier Ta)
Éditeur : Dupuis
Collection : Repérages

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 06/2006
ISBN : 2-8001-3758-4
Nb Pages : 48
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Aventure



Synopsis du site de Dupuis
Bon sang ne saurait mentir
Le roi Gudruun est arrivé au crépuscule de sa vie. Il est temps pour lui de se trouver un successeur. Si elle n'était née femme, il aurait sans hésitation remis les clés de son royaume à Aëla, sa fille ainée. Mais la loi viking est inflexible : il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais de reine à Helluland. Dame Nature ne lui ayant donné que des filles pour descendance, Gudruun se voit contraint d'organiser un tournoi pour se trouver un fils. À l'insu de son propre père, et masquée pour l'occasion, Aëla participe au tournoi...


Très tôt, à la lecture des albums de Tintin, Stéphane Duval a eu envie de faire de la bande dessinée, et dès l'âge de 22 ans, il publie son premier album Bonnie Tom, scénarisé par Pierre Dubois, aux éditions Delcourt. Aujourd'hui, quatorze années et cinq séries plus tard, il retrouve son scénariste avec qui il a créé la série Chevalier Malheur et réalise le premier tome de la nouvelle saga d'Aëla, la princesse Viking.

Dès les premières planches, l'attention du lecteur est captée par la présentation des divers personnages qui composent ce récit. Ainsi, celui-ci fait connaissance avec Aëla, la fille ainée du roi Gudruun, et Irduin, l'un des prétendants à devenir le fils adoptif et héritier du Roi. À travers les 46 planches réalisées de façon classique et richement mises en couleurs par Nadine Thomas avec une palette aux tons vifs, le scénario de Pascal Bertho, avec son développement sur plusieurs fronts, garde le lecteur intéressé tout au long de sa lecture de l'album, et laisse celui-ci sur une envie de lire la suite qui viendra dans le prochain tome à paraître au début 2007.

En bref, Aëla est une nouvelle série à découvrir, remplie de promesses, et agréable à lire. Cet album plaira aux amateurs des débuts de Thorgal ainsi qu'aux adeptes des autres oeuvres de Stéphane Duval! smile

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article