Critique 253 - Colocataires (Les) T.2 Gueules de bois

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Sylvain Runberg
Dessinateur : Christopher
Coloriste : Delf
Éditeur : Dupuis
Collection : Expresso

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 06/2006
ISBN : 2-8001-3807-6
Nb Pages : 48
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Chroniques urbaines



Synopsis du site de Dupuis
Le jour d'après
Le soleil se lève sur les restes d'une grosse fiesta : la propriétaire les expulse. Toine a découvert que son ami Julien sortait avec son ex copine, Jean-Mi découvre les joies de la période d'essai en entreprise, et Max a l'art de trouver les solutions qui font grincer des dents. C'est l'abattement chez les quatre colocs !

Heureusement il y a les filles : Erika et Maggie, les voisines suédoise et anglaise, Djema et Amandine, les militantes qui lancent l'occupation de la fac, en musique. Même la maman de Jean-Mi, désespère de ne pas rencontrer madame Soleil...


En neuf mois seulement, le dessinateur Christopher en est déjà à sa troisième parution! En effet, le premier tome de Les Colocataires mis en marché en septembre 2005 a été rapidement suivi par la parution, en mars 2006, de la première des quatre parties de la série Love Song aux éditions Le Lombard. Les amateurs des réalisations de l'auteur n'en seront que mieux servis! wink

Après avoir terminé le premier tome de Les Colocataires sur une overdose en plein mega-party dans l'appartement loué par les quatre jeunes hommes, ceux-ci se voient expulsés par leur propriétaire. La zizanie est ainsi semée entre certains d'entre eux, pour diverses raisons, tandis que Jean-Michel vit des répercussions de cette fameuse fête jusqu'à son boulot!

Avec les planches de Christopher mises en couleurs par Delf, il se dégage de cet album un certain charme, fort lié à la simplicité du trait au pinceau utilisé dans la réalisation, méthode qu'affectionne le dessinateur. Toutefois, alors que le scénario est beaucoup moins lourd que celui de Manu, le premier opus de Love Song, il n'en demeure pas moins que la chronique urbaine à laquelle le lecteur a droit offre peu de divertissement et donc permet une lecture bien moyenne. sad

ok no /5

Liens vers un autre album de Christopher:
arrow Love Song T.1 Manu

Publié dans Critiques

Commenter cet article