Critique 260 - I.R.$. T.8 La Guerre Noire

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Stephen Desberg
Dessinateur : Bernard Vrancken
Coloriste : Coquelicot
Éditeur : Le Lombard
Collection : Troisième Vague

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 05/2006
ISBN : 2-8036-2090-1
Nb Pages : 48
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Polar



Synopsis du site de Le Lombard
Jusqu'où un homme peut-il aller pour mettre les siens à l'abri ?

L'enquête la plus personnelle de Larry B. Max approche de son dénouement. En effet, il ne lui reste plus que quelques heures pour empêcher l'homme qui a ruiné sa famille et menacé les siens d'accomplir son ultime forfait. Le diabolique Johnny Madsen s'apprête à porter un coup fatal au pouvoir saoudien et à mettre les voiles avec le bénéfice des barils de pétrole dont le prix ne manquera pas de décupler.

Cette fois, Larry B. Max joue le sens de sa vie et celle de son unique amour, Gloria Paradise.


Avec ce huitième tome de la série, les auteurs Stephen Desberg et Bernard Vrancken font beaucoup plus qu'offrir une fin intéressante au diptyque démarré avec Corporate America! En effet, ils offrent l'occasion aux lecteurs de découvrir quelques facettes de la jeunesse de leur héros, mais aussi, ils lèvent le voile sur les événements qui précédèrent le décès de son père, ainsi que sur la relation complexe entre Larry et Gloria. S'étant rétablie de ses blessures, après avoir été laissée pour morte par Sicilia, une femme assassin employée par le fils de l'ex-dictateur asiatique Sumadayo, Gloria - alias Kate Absynth - retourne à sa prison dorée dont le directeur est nul autre que son mari, le mafioso Johnny Madsen. Toutefois, en ce moment, le caïd a d'autres préoccupations à l'esprit... Des préoccupations qui se chiffrent à plus de 5 milliards de dollars!

Incontestablement, Stephen Desberg est un scénariste qui n'obtient pas tout le crédit qu'on lui doit. Menant actuellement de front chez Dargaud les séries Black Op, Le Scorpion et Mayam, en plus de maintenir la série Jimmy Tousseul chez Glénat à l'aide de Benoît Despas, il assure deux autres séries pour Le Lombard, dont la présente et la toute nouvelle série Rafales au sein de la même collection. Toujours aussi fidèle à ses artistes, il leur assure une continuité créative à la fin d'une série en les invitant à se dépasser sur la réalisation de nouveaux récits passionnants. Ainsi, Enrico Marini avec qui il avait réalisé l'excellent diptyque L'Étoile du désert, fut choisi pour dessiner les aventures d'un chasseur de trésors nommé "Le Scorpion". À la fin de Tosca, Francis Vallès et Marie-Paule Alluard se sont vu offrir la réalisation de Rafales. Et finalement, après avoir terminé un cycle de quatre albums de Le Sang Noir avec Bernard Vrancken, ils créent la série I.R.$. mettant en vedette l'intarissable enquêteur de l'Internal Revenue Services Larry B. Max.

Afin de bien profiter de cet album, il est fortement conseillé de relire le tome précédent de la série, et voire même ceux du cycle d'avant, si le coeur vous en dit, dans le but de se rafraîchir la mémoire quant aux événements qui ont mené à l'hospitalisation de Gloria Paradise. Ainsi, avec ce tome finement dessiné par Vrancken sur un excellent scénario de Desberg, vous serez en mesure d'apprécier à sa juste valeur l'un des meilleurs tomes de la série. smile

ok ok ok ok /5

Lien vers les critiques de certains autres tomes de Desberg:
arrow Black Op T.1
arrow Black Op T.2
arrow Rafales T.2 L'Évolution
arrow Scorpion (Le) T.6 Le Trésor du Temple

Publié dans Critiques

Commenter cet article