Critique 261 - Ghost Rider: The Road to Damnation

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Garth Ennis
Dessinateur : Clayton Crain
Coloriste : Clayton Crain
Lettrage : Chris Eliopoulos, Mike Sellers & Joe Caramagna
Éditeur : Marvel
Collection : Premiere Edition

Taille : Recueil US normal, couverture cartonnée
Dépôt Légal : 06/2006
ISBN : 0-7851-1592-7
Nb Pages : 144
Prix de détail : 32.00$ (19.99USD)

Genre : Fantastique



Synopsis du site de Marvel
He's paying the price for his deal with the Devil... Is the Ghost Rider condemned to ride the highways of Hell for all eternity? His saving grace could be in the form of an unlikely ally: an industrious angel with a deal that would free Ghost Rider once and for all!

En 2005, les éditions Marvel Comics ont pris la décision de redonner vie, pour ainsi dire, à l'un de leurs protagonistes qui n'avait pas vu de nouveauté depuis l'hiver 2001. Ainsi, de concert avec le début de la pré-production de l'adaptation cinématographique de Mark Steven Johnson dans laquelle Nicolas Cage interprètera le rôle de Johnny Blaze, une mini série de six épisodes de Ghost Rider a été réalisée par l'équipe formée de Garth Ennis, scénariste ayant à son actif plus de soixante-dix numéros de la série The Punisher, et de Clayton Crain, bien connu pour ses réalisations au sein des productions de Todd McFarlane The Curse of the Spawn et Sam & Twitch.

Ghost Rider #1Dès le premier coup d'oeil jeté au contenu de cet album, un aspect du rendu du travail de l'artiste est en effet incontournable: sa mise en couleurs. Conséquemment, il est possible qu'un lecteur n'appréciant pas les couleurs informatisées soit tenté de porter son attention sur un autre ouvrage. Soit. Toutefois, avec un regard un peu plus approfondi, il devient clair que Clayton Crain maîtrise parfaitement son outil de travail, et le résultat qu'il offre à ses lecteurs est d'une qualité visuelle des plus intéressantes. Avec une excellente gestion de ses sources de lumière et de ses gradations de couleurs, il parvient à transformer ses planches crayonnées en images aux effets de profondeur très réussis.

Maintenant, qu'en est-il du scénario? Sachant que le protagoniste était plus ou moins «hors circuit» depuis quelques années, Garth Ennis devait relever le défi de composer un récit qui plairait à la fois aux amateurs du motard damné, mais qui devrait aussi être accessible aux néophytes n'ayant jamais eu l'occasion de lire aucun épisode de la série. Ainsi, avec un scénario noir assez linéaire, précédé de quelques planches servant de prologue, les nouveaux venus pourront découvrir qui est ce personnage créé en 1972 par Gary Friedrich et Tom Sutton, et ce, sans ressentir la nécessité de lire les vieux numéros parus il y a plus de trente ans pour comprendre la raison de son état. Enfin, en ce qui concerne les connaisseurs, ils seront satisfaits de découvrir l'étendue du talent graphique de Crain, à défaut de découvrir du nouveau avec ce récit.

En bref, cette récente réalisation de Ennis et Crain offre une très bonne occasion de jeter un nouveau regard sur cette série si peu exploitée, et avec son récit complet, permet de découvrir le protagoniste avant la sortie du film prévu pour février 2007, sans avoir à attendre pour une éventuelle suite à l'histoire présentée. wink

ok ok ok /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article