Critique 283 - Narvalo T.1 Mercenaires princiers

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Yann Le Pennetier
Dessinateur : Erik Juszezak
Coloriste : Jean-Jacques Chagnaud
Éditeur : Dargaud

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 08/2005
ISBN : 2-87129-861-0
Nb Pages : 48
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Aventure



Synopsis du site de Dargaud
Narvalo, premier héros masculin du scénariste Yann depuis 10 ans, est à la tête d'un commando de mercenaires chargés de protéger le prince auto-déclaré d'un micro-état virtuel : le Zeeland. Cette plate-forme montée sur pilotis de béton en pleine mer du Nord est une forteresse informatique pour sociétés en mal de paradis fiscal. Narvalo, son commando et la garde rapprochée du prince seront amenés, parce que la Hollande recule jusqu'à douze milles nautiques la limite de ses eaux territoriales, à fuir et à trouver refuge dans l'île d'Orlando, autre paradis fiscal peuplé exclusivement de femmes. L'une d'entre elles, Pimp, bodyguard du prince, haïra Narvalo dès la première seconde. Elle enquêtera sur son passé dans le but de le coincer.

Des flashs-back compléteront ces infos et le lecteur découvrira que Narvalo fut, pendant des années, un homme tout à fait ordinaire. Un jour, sa vie a pourtant basculé. Comment ? Pourquoi ? C'est ce mélange d'aventure et d'exploration plus intime ainsi que le contexte dans lequel celles-ci prennent place - l'univers des états informatiques - qui font tout l'intérêt de cette nouvelle série.


Quelques mois seulement avant d'illustrer L'Avarice, le cinquième tome de la série Pandora Box de Alcante (Didier Swysen), Erik Juszezak avait réalisé le premier tome d'une nouvelle série d'aventures technologiques sur un scénario de Yann Le Pennetier. Ce dernier, bien connu pour ses séries Les Innomables, Pin-Up et Les Éternels, réalisées respectivement par Didier Conrad, Philippe Berthet et Félix Meynet, livre avec ce premier tome de Narvalo une aventure au cours de laquelle les protagonistes ont pour mission de protéger le prince Akim Cey de ses assaillants. Dirigeant d'une petite plate-forme située à quelques miles nautiques des eaux territoriales hollandaises, créant un territoire indépendant et souverain, le prince cherche à tout prix de protéger l'un de ses hôtes, un homme mystérieux qui se cache la partie supérieure de son visage derrière un masque. Il fait donc appel à l'équipe de mercenaires dirigée par Narvalo pour l'aider à affronter les assauts répétitifs envers sa principauté, tant bien que leur arrivée ne pouvait pas mieux tomber!

Illustrée d'un trait conventionnel très précis, avec une grande attention aux détails et aux décors, cette bande dessinée inspirée de faits réels et de projets architecturaux intéressants, mais surtout inusités, place le lecteur en plein feu de l'action dès la première planche de l'album grâce au premier des multiples flash-backs qui permettront de mieux connaître le personnage de Narvalo. Toutefois, bien que l'action permette de faire évoluer le récit à un rythme très satisfaisant, l'accumulation quelque peu exhaustive de lieux, de personnages et d'événements un peu trop penchés sur l'exagération fait en sorte que l'appréciation d'ensemble de l'oeuvre s'en trouve amoindrie. sad

Enfin, tel que mentionné à la dernière planche de l'album, le récit est prévu de se dérouler sur deux tomes. Alors, il est encore possible que Yann surprenne ses lecteurs avec un revirement inattendu et intéressant qui rehaussera la moyenne de la série. wink

ok ok ½ /5

Lien vers les critiques de certains autres albums scénarisés par Yann:
arrow Pin-up T.9 Venin
arrow Spoon & White T.6 XXL

Publié dans Critiques

Commenter cet article