Critique 285 - Fils de la Louve (Les) T.1 La Louve de Mars

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Patrick Weber
Dessinateur : Fernando Pasarin
Coloriste : Nadia Jigounov
Éditeur : Le Lombard
Collection : Polyptyque

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 06/2005
ISBN : 2-80362-074-X
Nb Pages : 48
Prix de détail : 23.95$ (13.00€)

Genre : Aventure; Historique; Fantastique



Synopsis du site de Le Lombard
Étudiant à la fac de Turin, Luca Marini mesure à peine sa chance. Un éminent professeur lui a offert un séjour à Rome pour y mener des recherches sur les symboles du pouvoir dans la sculpture antique ! Mais à l'enthousiasme succèdent bientôt le trouble et la perplexité. Dans les réserves du musée national, il est d'abord perturbé par une statue mutilée sur laquelle est gravée une gueule de louve serrant un glaive entre les crocs.

Croisée dans la rue, une jolie Romaine l'attire irrésistiblement et semble l'inciter à lier intimement connaissance. Étrange coïncidence, elle porte un pendentif représentant le même motif que celui gravé sur la statue du musée... Après des ébats amoureux passionnés, le jeune Turinois se trouve soudain projeté sur les pavés de Rome en 44 avant JC, à l'époque de Jules César, en pleins préparatifs de son assassinat...


Avec ce premier tome du polyptyque Les Fils de la Louve, le monde de la bande dessinée accueille deux nouveaux auteurs parmi ses rangs. Enfin, en ce qui concerne l'historien de l'art et romancier Patrick Weber, il avait déjà eu l'occasion de voir paraître, quelques semaines plus tôt, le premier tome de sa série Novikov chez les Humanoïdes Associés. Toutefois, la maison d'édition Le Lombard lui permet un deuxième lancement en parallèle, dans lequel il réunit pour la première fois ses passions pour l'archéologie, l'art et la BD, avec cette première partie de cinq d'un polar historique illustré par un autre nouveau venu dans la BD européenne: Fernando Pasarin. Ce dernier, après avoir adapté en bandes dessinées des films américains pour le compte d'un éditeur espagnol, a tenté sa chance auprès des éditeurs européens, et c'est Le Lombard qui, convaincu de ses talents, lui confie la réalisation du scénario de Patrick Weber.

Dans un mélange intéressant de fiction et d'histoire, le protagoniste, en visite à Rome pour compléter sa thèse, repère sur une statue romaine datant de plus de deux mille ans, un symbole étrange représentant une tête de loup tenant une dague entre ses crocs. Plus tard, dans la même journée, il fait une rencontre inusitée avec une jeune demoiselle qui porte un collier orné d'un pendentif reprenant avec exactitude ce même symbole! Il n'a toutefois encore aucune idée où cette rencontre fortuite le mènera, car bien des surprises attendront le jeune homme à son réveil le lendemain matin...

En bref, le premier tome de cette série offre aux lecteurs une possibilité de passer un bon moment de lecture divertissant, et ce, grâce à la fois au talent scénaristique de Patrick Weber, et à la qualité graphique des planches dessinées de façon classique par Fernando Pasarin. Avec du fantastique et du suspense au menu, cet album captivant invitera incontestablement le lecteur à poursuivre le récit dans le deuxième tome récemment paru! wink

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article