Critique 293 - Hunter-Killer #6

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Mark Waid
Dessinateur : Marc Silvestri
Encreur : Joe B. Weems V & e.bas (Eric Basaldua)
Coloriste : Blond (Kevin Senft)
Lettrage : Troy Peteri
Éditeur : Top Cow
Couverture : Marc Silvestri, Joe B. Weems V & Steve Firchow

Taille : Format comic US normal
Dépôt Légal : 09/2006
ISBN : <Aucun>
Nb Pages : 32
Prix de détail : 4.60$ (2.99USD)

Genre : Super-héros

Synopsis du site de Top Cow
The initial Hunter-Killer storyarc whipsaws towards its shocking conclusion as Ellis finally sees behind the curtain: Who's REALLY been running the U.S. government for the last 40 years? What IS the Hunter-Killer program set up to do? Is Samantha turning Ellis into a hero -- or a remorseless killing machine? Mystery, intrigue and slam-bang action come fast and furious from the stellar creative team of Waid and Silvestri!

Après sept mois de retard, ce qui est considéré comme étant très long dans le monde de la publication de comics américains, le sixième opus de la récente série de Marc Silvestri voit enfin le jour! En effet, originalement prévu pour une parution au mois de janvier dernier, cet épisode a finalement été rendu disponible au milieu du mois d'août 2006. Arborant un changement de maquette afin d'être conforme aux autres publications de la maison Top Cow, ce nouvel épisode permet de remettre la série sur les rails en offrant aux lecteurs une fin au premier cycle démarré voilà près de dix-huit mois. Pour la cause, Renae Geerlings - la rédactrice en chef de la maison d'édition - profite de la publication de cet épisode afin d'y glisser un petit texte éditorial dans lequel elle promet un retour à la parution mensuelle des chapitres, du moins pour les trois prochains épisodes! Finalement, pour couronner le tout, et afin de montrer sa bonne foi, elle complète son petit mot d'une présentation, pour chacun de ces épisodes, d'une dizaine de planches réduites démontrant leur niveau respectif d'avancement. ok

Dans ce qui s'annonce être le dernier des épisodes réalisés par le talentueux Marc Silvestri, avec la reprise déjà confirmée par les frères Eric et Rick Basaldua dès le 7e épisode, le lecteur aura droit, en guise de fin de cycle, à un petit récit complet qui s'avère être l'un des plus noirs livrés jusqu'à présent dans cette série. En effet, alors qu'Ellis et les autres membres de son groupe se rendent dans un petit village pour récupérer l'un de ses habitants, ils découvrent avec stupéfaction le malheureux pouvoir spécial que celui-ci possède. Le panorama de dévastation qu'ont dû illustrer Silvestri et Weems ne correspond pas tout à fait à un type de dessin que l'on peut aisément qualifier de beau. Toutefois, c'est un peu grâce à leurs talents respectifs d'illustrateurs, ainsi qu'à celui de Blond pour la mise en couleurs, qu'il est donné pour la première fois de découvrir l'ampleur du niveau de destruction que peuvent atteindre certaines des cibles du projet Hunter-Killer.

En tenant compte du fait que cette série vise un public averti, le retour en force effectué avec cette sixième partie plaira incontestablement aux amateurs des premiers épisodes, tout en préparant une bonne transition vers les prochains numéros, ainsi que la nouvelle équipe créatrice. wink

ok ok ok /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article