Critique 296 - Snoopy T.39 En route pour l'été

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Charles Monroe Schulz
Dessinateur : Charles Monroe Schulz
Coloriste : Sandrine David
Lettrage : Christophe Semal
Traduction : Fanny Soubiran
Editeur : Dargaud

Taille : Format normal
Dépot Légal : 06/2006
ISBN: 2-205-05706-5
Nb Pages : 48
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Jeunesse; Humoristique



Synopsis du site de Dargaud
Snoopy, Charlie Brown et tous leurs amis découvrent les grandes joies, et les petits soucis propres à la saison synonyme de vacances ! La plage, la piscine, les colonies de vacances sont autant de prétextes à décortiquer les petites choses de la vie qui en font le sel !

Dans le monde du Comic Strip d'expression anglaise, Charles M. Schulz est considéré comme l'un des piliers du genre, et ses parutions hebdomadaires ont marqué plusieurs générations de lecteurs à travers le monde. Depuis 1982, les éditions Dargaud, dans un effort pour faire profiter les amateurs de bandes dessinées des oeuvres de cet auteur, s'affairent à publier des sélections de gags originalement parus dans les journaux sous le nom de Peanuts, lors des quatre décennies d'activité de l'auteur.

Pour ce 39e service humoristique de Snoopy, les gags ont bien évidemment été traduits pour la francophonie, et de plus, à l'instar des autres albums de la série, ils ont aussi été mis en couleurs afin de les rendre plus invitants pour les jeunes lecteurs d'aujourd'hui. Avec pour point commun la thématique de la fin de l'année scolaire et le début de la période estivale, ces gags permettent bien sûr, de retrouver Charlie Brown et Snoopy, mais aussi les autres jeunes gens qui forment le noyau de protagonistes de la série. Alors que la présentation en vaut bien une autre, là où l'album fait quelque peu défaut, c'est au niveau de l'humour présenté dans les strips. En effet, déjà victimes d'une traduction retirant toute forme de calembours liés aux jeux de mots, ce qui subsiste au niveau de l'humour tombe bien souvent à plat, engendrant malheureusement une sensation de lassitude au lecteur. sad

En bref, ce 39e album est regrettablement bien loin d'offrir le meilleur de Shultz. sad

no ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article