Critique 301 - Fils de la Louve (Les) T.2 La Louve de Feu

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Patrick Weber
Dessinateur : Fernando Pasarin
Coloriste : Nadia Jigounov
Éditeur : Le Lombard
Collection : Polyptyque

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 06/2006
ISBN : 2-80362-160-6
Nb Pages : 48
Prix de détail : 23.95$ (13.00€)

Genre : Aventure; Historique; Fantastique



Synopsis du site de Le Lombard
Les grands hommes trépassent et Rome demeure. Faute d'avoir sauvé César, Luca changera-t-il le destin de Néron ?

Jeune étudiant parti à la découverte des mystères de la Rome antique, Luca ne sait pas que les mystérieux «fils de la louve» en ont après lui, comme jadis après son grand-père. Contraint d'assumer l'héritage familial bien malgré lui, le voilà avec un cadavre ensanglanté sur les bras et en proie à des hallucinations des plus étranges. A peine revenu d'un voyage temporel à l'époque de Jules César, le voilà reparti pour la Rome de Néron, au moment même où les «hommes-loups» font trembler la capitale italienne. Et tout ça a comme un parfum de déjà vu... ou déjà rêvé ?


Dans La Louve de Mars, le premier opus de ce polyptyque qui devrait en compter cinq au total, le lecteur a eu droit à un premier récit des plus intéressants alors que le protagoniste se réveille plus de deux mille ans dans le passé, quelques jours à peine avant l'assassinat de Jules César qui eut lieu le 15 mars 44 av. JC. Il semble toutefois accepter assez bien son sort, car il profite de l'occasion pour démarrer une enquête au sujet d'un symbole observé plus tôt sur une statue. Il découvre ainsi l'existence d'un mouvement qui se fait nommer Les Fils de la louve. Cependant, une triste surprise l'attendra à son réveil dans l'ère actuelle...

Reprenant le cours du récit directement à la suite du tome précédent, cette bande dessinée invite le lecteur à suivre Luca dans une nouvelle embardée à travers les siècles, cette fois-ci, en 64, soit 108 ans après la chute de César, alors que La Louve de Feu le rend témoin de l'énorme incendie qui ravagea la ville de Rome. Démontrant encore une fois le même soin dans la réalisation de ses planches, tel que déjà observé dans la première partie, Fernando Pasarin permet à ses lecteurs d'apprécier pleinement le récit intriguant du pluridisciplinaire Patrick Weber. Finalement, pour mettre en couleurs le travail du dessinateur, celui-ci fait appel à Nadia Jigounov qui, en plus de mettre à profit son talent de coloriste dans les albums de la série Alpha réalisés par époux, fait un excellent travail de rehaussement des planches de l'album pour donner un résultat final riche et vivant. ok

En résumé, cet album est une deuxième réussite de suite pour les auteurs, confirmant du coup la note de 3œ/5 précédemment octroyée à la série pour son premier tome. Aussi, avec le tempo instauré dans ces deux premiers albums, c'est avec une grande curiosité, mêlée d'un enthousiasme évident, que le lecteur attendra les prochaines parutions à venir. winkthumb

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique du premier tome de cette série:
arrow Fils de la Louve (Les) T.1 La Louve de Mars

Publié dans Critiques

Commenter cet article