Critique 304 - Amours Fragiles T.2 Un été à Paris

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Philippe Richelle
Dessinateur : Jean-Michel Beuriot
Coloriste : Scarlett Smulkowski
Éditeur : Casterman
Collection : Un Monde

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 03/2006
ISBN: 2-203-38934-6
Nb Pages : 56
Prix de détail : 26.95$ (13.95€)

Genre : Roman Graphique



Synopsis du site de Casterman
Paris, décembre 1938. Martin, le jeune étudiant en littérature du Dernier printemps (le volume 1 d'Amours Fragiles) vit désormais à Paris. Il y est devenu une sorte de réfugié politique, fuyant un régime nazi qu'il exècre sans toutefois avoir jamais osé le combattre ouvertement. Menacé par la précarité qui touche la plupart des Allemands réfugiés en France, sous la pression constante des événements qui préfigurent la guerre à venir, le jeune homme s'efforce jour après jour de préserver une situation incertaine, sans trop savoir ce qu'il convient de faire de son existence. C’est dans ces circonstances troubles qu'il retrouve dans la capitale française son ancienne voisine d'autrefois, Katarina, jeune juive allemande elle aussi arrivée en France quelques années auparavant, à la mort de ses parents...

Après quatre longues années d'attente, voici enfin la suite tant attendue du roman graphique de Philippe Richelle et de Jean-Michel Beuriot. Dans la première partie intitulée Le Dernier printemps, les lecteurs avaient été témoins des événements qui ont transformé l'Allemagne suite à la grande dépression. En effet, après le crash boursier de 1929, les emplois étant d'une précarité inégalée, le peuple germanique ont voulu un changement dans la direction du pays. Avec la popularité grandissante pour le parti Nazi de Hitler, ce dernier s'est vu nommé chancelier en janvier 1933, et dès lors a mis en place une campagne de propagande antisémite vouant à la ségrégation complète des gens d'origine juive. Martin, quant à lui, fils de militant Nazi, mais très peu préoccupé par la politique, découvre à son plus grand désarroi que le comportement social envers les judéo-allemands évolue de façon malsaine. C'est que juste en face de chez lui, logent une famille de Juifs, mais surtout, la jolie Katarina pour laquelle il ressent une affection grandissante qu'il n'a toujours pas eu le courage d'exprimer...

En guise de suite à cette excellente première partie, les auteurs font un bon en avant jusqu'en septembre 1938, afin de retrouver Martin en plein coeur de Paris. Ce dernier, ayant voulu mettre de la distance entre les agitations qui affligent son pays natal et lui même, a effectué les démarches afin d'entreprendre une thèse de doctorat dans cette grande ville française. Il y fera de nouvelles rencontres, mais aussi, il y retrouvera sa chère Katarina qui se fait désormais appeler Catherine. À travers ce récit prenant, Philippe Richelle livre une deuxième partie tout aussi riche et intéressante que la précédente, et grâce aux planches d'une grande qualité graphique dessinées par Jean-Michel Beuriot et mises en couleurs par Scarlett Smulkowski, le lecteur se retrouve avec une excellente bande dessinée qu'il prendra un grand intérêt à lire. Espérons maintenant qu'il ne sera pas nécessaire d'attendre un autre quatre ans avant de pouvoir lire la suite! siffle

En bref, les amateurs qui ont savouré la première partie de la série, retrouveront avec plaisir les protagonistes dans ce deuxième épisode captivant. Et ceux pour qui la parution de ce tome leur permettront de découvrir cette excellente série, auront en plus la chance d'apprécier les deux opus de suite, sans en avoir souffert l'attente! wink

ok ok ok ok /5

Lien vers la critique du tomes précédent:
arrow Amours Fragiles T.1 Le Dernier printemps

Publié dans Critiques

Commenter cet article