Critique 319 - Passe-Murailles (Les) T.2 À tort et à travers

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Jean-Luc Cornette
Dessinateur : Stéphane Oiry
Coloriste : Stéphane Oiry
Éditeur : Les Humanoïdes Associés

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 07/2006
ISBN: 2-7316-1789-6
Nb Pages : 48
Prix de détail : 18.95$ (10.00€)

Genre : Chroniques Urbaines; Fantastique



Synopsis du site de Les Humanoïdes Associés
Qu'on ait pour animal domestique un petit python ou un mignon petit chaton, dans le monde des passe-murailles on bascule très vite dans univers fantastique...

Univers fantastique, oui, mais un fantastique au quotidien, comme savent si bien le raconter Jean-Luc Cornette et Stéphane Oiry.

À travers quatre scénettes de la vie de tous les jours, ils nous proposent des histoires qui sont parfois drôles ou amusantes, mais qui peuvent aussi être tragiques...

Cornette et Oiry nous démontrent ainsi que si le pouvoir de passer à travers les murs peut permettre de s'amuser un peu, il peut aussi amener à de fâcheuses découvertes, voire parfois être utilisé à tort.


Les Passe-Murailles sont des êtres dotés d'un pouvoir inné très spécial. En effet, ceux-ci peuvent, à leur guise, traverser toutes sortes de matières solides sans les abîmer ni les affecter, un peu comme si elles n'étaient tout simplement pas là! Ils peuvent ainsi traverser les murs, des panneaux de vitre, et même d'autres êtres vivants, tout en conservant leurs vêtements ou autres objets sur eux, car ceux-ci imitent tout naturellement la capacité exceptionnelle du porteur.

Ainsi, les auteurs reprennent l'esprit du personnage de Kitty Pride de la série américaine X-Men, cependant l'appliquent à des gens normaux - contrairement à ceux du monde complexe des mutants de l'univers de Marvel - afin de raconter quelques courtes chroniques urbaines à caractère, bien évidemment, fantastique. Tantôt comiques, tantôt tristes, ces nouvelles ont l'avantage d'être toujours intéressantes, au point que les quatre récits proposés dans ce tome rendent secondaire l'importance de la qualité du dessin. En effet, celui-ci, sans pour autant être bâclé comme du Sfar, aura tendance à désintéresser un lecteur feuilletant l'album pour se faire une idée du contenu. Or, dès la lecture du premier récit, l'impression d'inconfort visuel se dissipera rapidement au profit d'un plaisir grandissant lié au talent scénaristique de Jean-Luc Cornette. winkthumb

En bref, cette bande dessinée permet un bon moment de divertissement et plaira fort certainement aux amateurs de chroniques urbaines amusantes et touchantes. wink

ok ok ok /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article