Critique 321 - Violine T.4 La Caverne de l'oubli

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Tronchet (Didier Vasseur)
Dessinateur : Jean-Marc Krings
Coloriste : Cyril Liéron
Éditeur : Dupuis

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 08/2006
ISBN : 2-8001-3829-7
Nb Pages : 48
Prix de détail : 14.95$ (8.50€)

Genre : Aventure; Jeunesse



Résumé du synopsis du site de Dupuis
Sous le soleil du Zongo
Embarquée pour l'Afrique, Violine a retrouvé son cher papa, François, joueur de poker sur un bateau à aubes. Les retrouvailles sont intenses et déconcertantes. L'héroïne aux yeux violets va en apprendre un peu plus sur ses origines et sur l'histoire de sa famille. Elle découvrira que la femme revêche qui l'a élevée n'est pas sa mère mais la soeur du redoutable colonel Müller, que son cher papa a lui aussi été élevé par cette marâtre obsédée par l'hygiène, que sa véritable mère a été emmenée par des soldats révolutionnaires... Malgré toutes ces révélations, Violine n'est pourtant pas encore au bout de ses surprises !


Le troisième tome des aventures de Violine a été la source d'un événement qui se produit rarement dans le monde de la bande dessinée franco-belge. En effet, Fabrice Tarrin, l'auteur qui avait réalisé avec brio les deux premiers opus de cette série, a choisi d'abandonner la réalisation du troisième tome après en avoir réalisé les 15 premières planches. L'abandon en cours de réalisation n'est pas ce qui est rare, malheureusement, ce qui est peu commun est la reprise en cours d'album! Or, après plus de trois ans d'attente, les amateurs de la série ont appris qu'un digne successeur avait été choisi par Tronchet, et qu'il avait déjà entrepris de terminer "Le Bras de fer". C'est ainsi que la série a repris naissance, avec Jean-Marc Krings au dessin, avec la promesse de livrer la suite du premier cycle dans un délai acceptable. Il faut admettre que sept mois de délai entre la parution de deux tomes est encore bien mieux qu'acceptable! Ainsi, pour le plus grand plaisir des lecteurs, l'année 2006 voit la parution d'un deuxième tome de cette série jeunesse amusante.

Malheureuse et opprimée par l'abus d'autorité de la vilaine Marushka, la jeune Violine avait opté de fuir son domicile familial afin de tenter de retrouver son père. Grâce aux maigres informations qu'elle avait pu accumuler, elle avait appris que la dernière fois que son père avait été vu, c'était dans un petit Africain politiquement instable nommé le Zongo. Elle décide donc de s'y rendre, et après une multitude de revirements de situations, elle finit enfin par renouer avec son père. C'est donc suite à ces événements heureux que le quatrième opus démarre, avec cette fois-ci, 46 planches réalisées entièrement par Krings et bénéficiant d'une mise en couleurs toujours aussi appropriée de Cyril Liéron. Graphiquement plaisante à lire, cette bande dessinée permet enfin aux lecteurs d'apprendre les origines de Violine et la raison qui fit en sorte de la séparer de ses parents. Raconté de façon à permettre aux jeunes lecteurs de suivre facilement le fil du récit, ce titre permettra un bon moment de détente à un lectorat de tous les âges.

En bref, ce quatrième tome de Violine continue dans la même lancée que les précédents afin d'offrir une lecture divertissante qui plaira à un grand éventail de lecteurs! wink

ok ok ok /5

Lien vers la critique de l'épisode précédent de cette série:
arrow Violine T.3 Le Bras de fer

Publié dans Critiques

Commenter cet article