Critique 334 - Raspoutiиe T.1 Le Manuscrit

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Tarek
Dessinateur : Vincent Pompetti
Coloriste : Rémy Langlois
Coloriste de la couverture : Aurélien Morinière
Éditeur : Emmanuel Proust
Collection : Trilogies

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 08/2006
ISBN: 2-84810-104-0
Nb Pages : 48
Prix de détail : 22.95$ (12.60€)

Genre : Histoire; Fiction



Synopsis du site de Emmanuel Proust
Dans les montagnes syriennes, le monastère orthodoxe de Der Mar Moussa accueille un étrange pèlerin : Raspoutine. Celui-ci vient dérober un manuscrit qui contient les clés pour comprendre la Bible et l'Apocalypse selon Saint-Jean. Ce codex permet d'acquérir le pouvoir de ressusciter les morts ! Raspoutine tient-il l'arme qui va servir son dessein : devenir le confident des Romanov pour diriger la Sainte-Russie ?

Le moine Johannes part sur les traces de l'escroc. Après bien des péripéties, il arrive à Moscou où Raspoutine a déjà fait des miracles. Le pape, également alerté, envoie au Palais des Romanov son moine espion : Bertrand de Chartres. Il aura pour mission, tout comme Johannes, de démasquer Raspoutine et récupérer le manuscrit. Comment y arriver sans créer d'incidents ni se faire tuer ? Une alliance s'impose entre les deux hommes d'Église. À la croisée du monde oriental et orthodoxe, une bande dessinée d'aventure ésotérique.


Depuis plusieurs décennies, aussitôt que le sujet de la Russie du début du XXe siècle est abordé, quelques grands noms de personnages historiques ressortent inévitablement. De ceux-ci, les plus courants sont bien sur ceux de Nicolas II Aleksandrovitch Romanov, le dernier Tsar de Russie, ainsi que celui de sa fille Anastasia Romanova, dont le sort est longtemps demeuré sans élucidation, suite à cette mortelle nuit du 17 juillet 1918 où la famille impériale fut massacrée dans les caves de la villa Ipatiev, à Iekaterinbourg. Plusieurs rumeurs ont couru au sujet de la jeune demoiselle, certaines d'entre elles laissant savoir qu'Anastasia aurait survécu de justesse au carnage et se serait réfugiée à l'extérieur du pays, loin de la révolte. Cependant, bien avant cette nuit où tout bascula pour les Romanov, un autre personnage fit son apparition dans l'entourage du Tsar. Baptisé Grigori Iefimovitch Novykh, celui-ci réussit à convaincre un peuple d'une piété excessive et assoiffé d'espoir qu'il était un homme de Dieu, une icône vivante du vrai chrétien russe. L'ignoble Raspoutine joua si bien ses cartes qu'il se retrouva à la cour du Tsar... shock

À travers le premier tome de cette trilogie mettant en vedette l'un des plus grands imposteurs de l'histoire de la Russie, les auteurs invitent les amateurs de fictions historiques à découvrir ce qui aurait bien pu être le parcours du charlatan, du simple paysan sibérien qu'il était, jusqu'à sa première visite au Tsarskoié Sélo, afin d'être officiellement présenté au couple impérial. Alors que la première moitié du récit de Tarek n'apporte que peu d'éléments constructifs à l'histoire, hormis une démonstration exhaustive et répétitive des fourberies du personnage, ainsi qu'un voyage à travers les multiples religions existantes dans la région concernée, l'intérêt ressenti à la lecture augmente peu à peu vers la fin de l'album, permettant ainsi au lecteur de terminer le tome sur une bonne note. Il n'en va malheureusement pas autant pour le dessinateur Vincent Pompetti qui éprouve visiblement beaucoup de difficulté à dessiner les visages de ses protagonistes. Le rendu de son dessin donne une impression de manque de raffinement, et son état brut ne participe en rien à garder le lecteur captivé. sad

En résumé, cette bande dessinée connaît un départ plutôt lent et répétitif, mais vers la seconde moitié de l'album, le niveau de réceptivité du lecteur accroît doucement, permettant à celui-ci de rester intéressé jusqu'à la fin du tome. Enfin, cette première partie se mérite la note "Pas mauvais", cependant, il va sans dire que le prochain tome aura beaucoup à faire dans le succès ou l'échec de la trilogie. neutral

ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article