Critique 346 - W.E.S.T T.3 El Santero

Publié le par Philippe Grenier

Scénaristes : Xavier Dorison & Fabien Nury
Dessinateur : Christian Rossi
Coloriste : Christian Rossi
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 08/2006
ISBN : 2-205-05762-6
Nb Pages : 56
Prix de détail : 21.95$ (13.00€)

Genre : Western; Fantastique



Synopsis du site de Dargaud
Cuba, 1902. Les Etats-Unis, après avoir contribué à chasser les Espagnols, sont en situation d'annexer l'île de Cuba sous la pression d'intérêts privés. Le Président Roosevelt n'entend pourtant pas céder à ces pressions et prévoit d'organiser des élections "démocratiques".
Conscient qu'une autre menace existe, personnalisée par l'énigmatique et invisible Santero, incarnation du peuple cubain libre, Roosevelt envoie sur place le WEST "régler" l'affaire !


Alors que le premier cycle de cette série western scénarisée Xavier Dorison et Fabien Nury prenait fin sur la démission de Angel, un nouveau protagoniste avait immédiatement rejoint l'équipe spéciale d'intervention étrange (mieux connue sous son acronyme W.E.S.T.), comblant du coup la place laissée libre suite au départ de l'indien. Ainsi donc, après une première opération couronnée de succès (voir La Chute de Babylone et Century Club), l'équipe comprenant son nouveau membre, la Docteur Lennox, est de nouveau mandatée par Teddy Roosevelt dans le but d'éclaircir et de résoudre une problématique qui commence à peser lourd sur le Président des État-Unis. Car, à quelques centaines de kilomètres au sud de Washington se trouve la petite île de Cuba, et sur cette île un mouvement de résistance mené par le mystérieux Islero, un Santero cubain, s'organise et crée le chaos chez les troupes américaines...

Les lecteurs qui avaient apprécié l'aspect occulte de l'aventure du premier cycle de W.E.S.T seront satisfaits de constater que les auteurs continuent dans cette même voie pour le tome initial de ce nouveau cycle. En effet, dès les premières planches de l'album, les personnages représentés subissent les affres d'El Santero, alors que ce dernier fait montre de ses talents de mage afin de remplacer, à l'insu de tous, le corps inerte d'Edward Nash par celui d'un chien galeux! Illustré et mis en couleurs avec toujours autant de soin par Christian Rossi, cette première partie du cycle 1902 réussit à subjuguer le lecteur dès ses premières pages, pour ne laisser tomber l'emprise de l'envoûtement qu'à la 54e et dernière planche de l'album, sur les simples mots "À suivre..." invitant à poursuivre le récit dans le quatrième tome intitulé Le 46e État. wink

En bref, voilà un nouveau cycle qui commence au quart de tour, et qui permet de passer un bon moment de lecture! winkthumb

ok ok ok ½ /5

Liens vers les critiques de certains autres albums de Xavier Dorison, Fabien Nury ou de Christian Rossi:
arrow Brigades du Tigre (Une Aventure des) - Ni Dieu, Ni Maître
arrow Compagnie des Glaces (La) - Cycle Cabaret Miki T.1 Le Peuple du sel

Publié dans Critiques

Commenter cet article