Critique 350 - Galata T.2 L'Ermite des Météores

Publié le par Philippe Grenier

Scénaristes : Fred Le Berre & Alain Paris
Dessinateur : Stefano Palumbo
Coloriste : Valérie Beltran
Lettrage : Agnès Moreau
Éditeur : Les Humanoïdes Associés
Collection : Dédales

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 06/2006
ISBN : 2-7316-1797-7
Nb Pages : 48
Prix de détail : 19.95$ (10.40€)

Genre : Polar; Historique



Synopsis du site de Les Humanoïdes Associés
Début du XVIe siècle, Istanbul, quartier de Galata.

Alors qu'il vient prendre ses fonctions de prévôt à Istanbul dans le tome 1 ("Le Poète Assassiné"), le chevalier Ogier de Murol échappe de justesse à un attentat qui fait une autre victime. Les assassins, des Valaques mandatés par le pire ennemi d'Ogier, ont assassiné un jeune poète français par erreur. Problème : le commanditaire supposé du meurtre n'est autre que le rejeton du Doge de Venise et le protégé du Sultan qui tient à sa merci les Chrétiens d'Istanbul. Ogier risque de plonger tout le quartier portuaire et l'Ambassade vénitienne dans le chaos. Pour couronner le tout, on lui assigne un adjoint calamiteux, inventeur farfelu et inconséquent, qui ruine ses initiatives et le lance obstinément sur de fausses pistes...

Dans le tome 2, Ogier réalise que ce n'est pas lui qu'on visait en assassinant le poète, mais bien le poète lui-même qui était en fait un chasseur de primes : venu à Istanbul pour retrouver celui qui a volé l'ambre précieuse de l'Ordre Teutonique, il a été tué pour protéger le secret de l'identité du fugitif. Mais quelqu'un détient les clés de l'énigme qui vont permettre au prévôt de coincer son bonhomme : un certain ermite des Météores... Pour le rencontrer au sommet de son rocher, il est déconseillé d'avoir le vertige...


Avec le premier tome de cette trilogie publiée au sein de la collection Dédales chez Les Humanoïdes Associés, le lecteur avait été témoin d'un meurtre à bord du vaisseau qui menait le chevalier Ogier de Mercoeur à Istanbul. Dépêché au quartier de Galata par le doge de Venise afin d'instaurer l'ordre au port de commerce stratégique pour les grandes puissances européennes, celui-ci était resté sur ses gardes tout le long de son voyage, car avant son départ, il avait reçu une lettre de menaces l'invitant "gentiment" à rester chez lui. Prenant donc pour acquis que c'est lui-même qui avait été visé par les assaillants du jeune poète, sitôt arrivé au port, il se lance à leur poursuite défonçant tout sur son passage. tracteur

En fait, le comportement attribué au protagoniste de la série s'avère être plutôt consistant à travers les deux premiers tomes, ceci n'étant pas particulièrement un bon point pour les auteurs. En effet, en concevant un personnage au tempérament colérique qui s'emporte pour un oui ou pour un non, il devient très difficile pour le lecteur de se prendre de sympathie pour le héros, et donc ce dernier prend beaucoup plus l'aspect d'un antihéros que d'un personnage auquel il devient intéressant de se substituer. Aussi, en plus du comportement dérangeant du protagoniste, ainsi que l'illustration des personnages quelque peu irrégulière, d'autres facteurs liés au scénario pourraient ennuyer le lecteur, tels que les changements de cap semblants impromptus, ou encore l'évolution de l'intrigue qui donne l'impression d'être un peu trop téléphonée. phone

Enfin, tout n'est pas mauvais dans cette série! Le dessinateur arrive à reproduire talentueusement les objets inanimés, mais surtout, la mention d'honneur revient à la coloriste Valérie Beltran, qui grâce à sa mise en couleurs très vivante, parvient à sauver la mise de Stephano Palumbo, et donner un peu de vie à cet album.

ok no /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article