Critique 355 - Ric Hochet T.71 La Dernière impératrice

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : André-Paul Duchâteau
Dessinateur : Tibet (Gilbert Gascard)
Décors : Frank Brichau
Coloriste : Martine Brichau
Éditeur : Le Lombard

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 01/2006
ISBN : 2-80362-158-4
Nb Pages : 48
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Polar



Synopsis du site de Le Lombard
Héritier d'une illustre famille de constructeurs d'automobiles et d'un véritable empire industriel, Marco Agnellys a été enlevé alors qu'il testait un prototype avec sa fiancée. Surnommée «la dernière impératrice», sa mère charge Ric Hochet de négocier avec les ravisseurs...

Selon elle, le journaliste de «La Rafale» est le seul capable de mener à bien les transactions. Associé malgré lui à son père Richard, Ric se rend au rendez-vous fixé par les ravisseurs. Retrouvé vivant, Marco n'est cependant plus l'homme résolu et chaleureux qu'il était avant sa libération et il paraît bizarrement indifférent aux marques d'affection de sa mère...


Ce 71e tome des aventures du journaliste Ric Hochet, paru quarante-trois ans après le premier tome intitulé Traquenard au Havre permet de retrouver, encore un fois, l'équipe de réalisation qui ont donné naissance au protagoniste. Alors que Tibet se fait aider par Frank Brichau pour la réalisation des décors, il demeure néanmoins à la barre de réalisation de la série, et ce, depuis les tout premiers scénarii d'André-Paul Duchâteau. Ainsi, le Chevalier des Arts et Lettres Tibet et le tout aussi honorable André-Paul Duchâteau invitent leurs lecteurs dans le monde compétitif des fabricants d'automobiles, alors que l'héritier de la «la dernière impératrice» se fait enlever alors qu'il testait un prototype devant révolutionner le marché!

Avec autant de tomes parus depuis janvier 1963, il est normal de constater, de temps à autre, que certains des albums n'offrent pas le même niveau de plaisir de lecture que les précédents. Toutefois, cela ne freine en rien les auteurs, car en septembre dernier, est parue la 72e aventure du héros, intitulée Le Trésor des Marolles, dans laquelle il est encore une fois confronté au mystère et à de multiples dangers. À l'instar des opus précédents, ce tome est présenté de façon classique, comme il se doit pour les albums de cette série phare de la maison d'édition Le Lombard, avec beaucoup de plans de profil ou de trois-quarts. Le découpage du récit suit bien la formule pré-établie, au point tel que la chute n'arrive qu'à la deuxième moitié de la dernière planche de l'album! Toutefois, bien que Duchâteau ait pris le soin de faire évoluer le suspense tout au long de l'album, l'histoire racontée n'est pas tout à fait prenante et laisse une sensation un peu quelconque, mais sans pour autant être mauvaise. neutral

En bref, cet album n'est définitivement pas le meilleur de la série, sans toutefois être le pire! Alors qu'il ne devrait en aucun cas être l'album servant à faire découvrir la série à un néophyte, il pourra quand même plaire aux irréductibles amateurs de Ric Hochet. wink

ok ok ½ /5

Lien vers la critique du tome précédent de la série:
arrow Ric Hochet T.70TL 1955-2005: 50 ans d'enquêtes

Publié dans Critiques

Commenter cet article