Critique 379 - Tony Corso T.3 La Fortune de Warren Bullet

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Olivier Berlion
Dessinateur : Olivier Berlion
Coloriste : Christian Favrelle
Éditeur : Dargaud

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 06/2006
ISBN : 2-205-05797-9
Nb Pages : 56
Prix de détail : 16.95$ (9.80€)

Genre : Polar/Thriller



Synopsis du site de Dargaud
Un nouveau client, nommé Warren Bullett, contacte Tony afin que ce dernier retrouve la trace de son fils disparu du côté du Bélize en Amérique Centrale. Petit détail : Sa progéniture est partie avec son conseiller financier, entraînant du même coup la disparition d'une somme rondelette. Pour Bullett, les investissements offshore se révèlent bien compliqués à récupérer !

Retournons quelques mois en arrière, à un moment de l'année où la chaleur du soleil réchauffe même les habitants de certains pays un peu plus froids, en l'occurrence, le Canada. Vous l'aurez deviné, le mois de juin est le moment de l'année ou débute officiellement l'été, mais aussi, ce mois est, depuis 2004, la période du rendez-vous annuel avec Olivier Berlion et son protagoniste Tony Corso. Ainsi, cette année, le privé de la Jet-Set, établi dans la ville de Saint-Tropez depuis son séjour carcéral, fait la rencontre de Warren Bullet, un richissime homme d'affaires américain qui s'est offert une retraite dorée sur les rivages français. Le retraité désire en effet embaucher Tony pour régler une affaire délicate, soit retrouver son fils, victime d'enlèvement trois semaines plus tôt, mais aussi éclaircir le mystère à propos de la disparition d'une somme de plusieurs dizaines de millions de dollars de ses comptes personnels! shock

Olivier Berlion, en tant qu'auteur aimant bien essayer de nouveaux rendus de dessin, livre ici le troisième tome de sa série de polars pour laquelle il assure à la fois le rôle de scénariste et celui de dessinateur. Optant pour un rendu graphique plus réaliste et n'ayant rien à voir avec ce qui peut être vu dans les albums Le Cadet des Soupetard, l'auteur offre à ses lecteurs une aventure dont la plus grande richesse est la qualité des dialogues et la solidité de l'intrigue. En effet, tel que stipulé sur la vignette de Canal BD apposée sur le premier tirage de ce tome, chaque réplique des personnages est pleine d'esprit et agit soit comme une baffe ou bien une caresse. Ainsi, que ce soit des réparties de Tony ou des conversations futiles de ses associés "temporaires", chaque ligne devient un plaisir de lecture qui se répète tout au long des 52 planches de cet album. winkthumb

En bref, voici une série qui plaira incontestablement à tout amateur polars bien solides qui, de surcroît, bénéficient d'une appréciable touche d'humour, sans pour autant prendre un penchant trop humoristique. wink

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique d'un autre tome réalisé par Olivier Berlion:
arrow Lie-de-vin

Publié dans Critiques

Commenter cet article