Critique 387 - Aldo Remy (La Révolte d') T.1 Homme à louer

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Tibet (Gilbert Gascard)
Dessinateur : Tibet
Décors : Frank Brichau
Coloriste : Martine Brichau
Éditeur : Glénat
Collection : Paris-Bruxelles

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 10/2006
ISBN : 2-7234-5650-1
Nb Pages : 48
Prix de détail : 15.95$ (9.40€)

Genre : Aventure; Humoristique



Synopsis du site de Glénat
Afin de gagner un peu d'argent, Aldo décide de devenir un homme à louer. Après quelques petits boulots peu lucratifs, il est contacté par Madame Duponnaud qui lui demande de suivre son époux Norbert, inspecteur des finances à l'emploi du temps suspect. Aldo découvre que l'homme qui se révèle coriace est en réalité le chef des services secrets. Pour tirer avantage de cette situation peu banale, Aldo va devoir faire preuve de beaucoup d'habileté. L'affaire conclue, «Gros Tas» va lui apprendre une terrible nouvelle.

Quand un grand de la bande dessinée décide d'innover, et d'ainsi créer une nouvelle série, il va de soi que celle-ci se doit d'être lue, ne serait-ce que pour répondre à une certaine curiosité de savoir ce qui aurait bien pu pousser l'auteur à vouloir se lancer dans une telle aventure! Ainsi, l'auteur prend donc une pause dans la réalisation d'épisodes de Ric Hochet et de Chick Bill, afin de présenter, à ses fidèles amateurs, son nouveau protagoniste Aldo Remy, qui ira fièrement rejoindre le Scrameustache, Simon Nian et Jimmy Tousseul dans la collection Paris-Bruxelles. smile

Récemment lancée par éditions Glénat, cette collection a pour but d'offrir une sélection de séries réalisées selon la méthode affectionnée par la vieille école de création, soit la ligne claire. En conservant donc cette méthode de dessin, qui lui est tout à fait typique, pour la réalisation de ce tome, Tibet profite d'une liberté d'expression liée à la fois au changement d'éditeur, mais aussi qui lui est permise suite au détachement de ses autres personnages, lesquels sont pris dans leurs personnalités de papier trop bien définies depuis tant d'années. C'est ainsi qu'il est possible de découvrir une aventure au caractère qui évolue doucement vers une ambiance un peu plus sombre qu'à l'accoutumée des oeuvres de l'auteur. wink

Au niveau du dessin, les amateurs de Ric Hochet reconnaîtront le trait de Tibet, mais aussi l'apport considérable de Frank et Martine Brichau qui accompagnent l'auteur dans son aventure créatrice depuis quelques années déjà, Martine ayant assuré la mise en couleurs des albums depuis le tome 57 de la série de polars, tandis que Frank a repris la réalisation des décors des mains de Didier Desmit depuis les quelques derniers albums. En ce qui concerne le récit, il démarre sur une note un peu trop légère et heureuse pour le contexte, mais se reprend à mesure que le récit avance, pour terminer sur une note plus morne qui convient très bien aux circonstances. winkthumb

En bref, créée pour les amateurs du genre, cette série saura certainement plaire aux lecteurs des autres oeuvres de l'auteur, et de surcroît, offre plus d'intérêt à la lecture que les derniers opus de ses autres séries. wink

ok ok ok /5

Liens sur les critiques de certains autres albums de Tibet:
arrow Ric Hochet T.70TL 1955-2005: 50 ans d'enquêtes
arrow Ric Hochet T.71 La Dernière impératrice

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article