Critique 408 - Thorgal T.29 Le Sacrifice

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Jean Van Hamme
Dessinateur : Grzegorz Rosinski
Coloriste : Grzegorz Rosinski
Éditeur : Le Lombard

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 11/2006
ISBN T.29: 2-80362-198-3
ISBN T.29bis: 2-80362-227-0
Nb Pages : 48 (96 pour le 29bis)
Prix de détail : 16.95$ (9.80€) (ou 26.95$ (15.00€) pour le 29bis)

Genre : Aventure; Heroic fantasy



Synopsis du site de Le Lombard
Thorgal parviendra-t-il à faire mentir le vieil adage selon lequel «on ne revient jamais chez soi» ? Notre héros a enfin retrouvé sa famille, mais il est à bout de forces, rongé par le poison, et les dieux ne lui donnent plus que deux jours à vivre... Une fois encore, il devra leur arracher sa survie. Mais cette fois, l'enfant des étoiles n'est plus seul ! Il est accompagné de son fils Jolan, jeune homme au potentiel illimité...

Ça y est... Jean Van Hamme fait ses adieux à Thorgal... ainsi qu'aux nombreux amateurs de la série. Mais, avant de remettre le flambeau scénaristique à son compatriote Yves Sente, l'auteur a choisi de raconter un ultime chapitre de la vie du protagoniste qu'il a créé voilà une trentaine d'années. Évidemment, tout comme le style graphique du polonais Grzegosz Rosinski, le dessinateur de la série, les vies de papier de Thorgal et de son épouse Aaricia ont beaucoup évolué au cours des années! Et ainsi, au début de ce 29e tome, les lecteurs retrouveront leur héros en bien mauvaise posture, car ce dernier combat les effets d'un empoisonnement qui lui vole doucement son souffle de vie. Tout repose donc sur Aaricia, alors que suite aux événements du dernier album, elle se voit confier la responsabilité de Aniel, le fils de Kris de Valnor, qui devient ainsi le petit frère de Jolan et de Louve, en plus de devoir porter secours à son époux mourant.

Thorgal T.29bisAfin de souligner la dernière participation du scénariste à cette série, ce vingt-neuvième tome a été rendu disponible sous deux versions différentes. La première, soit la version normale ci-haut, permettra aux lecteurs de profiter du nouveau look que Rosinski a voulu donner à la série, car ayant pris un immense plaisir à réaliser les épisodes du diptyque La Vengeance du Comte Skarbeck en couleurs directes, l'artiste désirait faire évoluer le style graphique des albums de Thorgal dans la même direction. À cette version régulière, Le Lombard a conçu une version spéciale et limitée de l'album (voir l'album affiché à la droite), dans laquelle il sera possible de voir, en vis-à-vis, la page de scénario écrite par Van Hamme, et le résultat final de la planche peinte par Rosinski. En plus d'assouvir une certaine curiosité quant à la méthode de travail du scénariste, cette présentation offre la possibilité de découvrir à quel point la complicité entre les deux auteurs était complète, car le dessinateur arrive, avec quelques mots seulement de l'écrivain, à cadrer et à illustrer parfaitement la scène décrite. winkthumb

En bref, que ce soit via la version régulière ou par la version spéciale de cet album, nul doute le lecteur aura la possibilité d'apprécier, encore une fois, les superbes planches peintes de Rosinski. Aussi, en plus de compléter le cycle d'aventures démarré dans le vingtième tome intitulé La Marque des Bannis, Jean Van Hamme met efficacement la table de façon à assurer une transition intéressante vers les prochains tomes qui mettront dorénavant en vedette Jolan, le fils de l'enfant des étoiles. wink

ok ok ok ½ /5

Liens vers les critiques de quelques autres tomes réalisés par les auteurs:
arrow Lady S. T.1 Na Zdorovié, Shaniouchka !
arrow Lady S. T.2 À ta santé, Suzie !
arrow Largo Winch T.13 Le Prix de l'Argent et T.14 La Loi du dollar
arrow Vengeance du Comte Skarbek (La) T.2 Un coeur de bronze

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Yaneck 22/02/2008 18:57

Pour ma part, je trouve que cet album est un supplice, tant l'histoire est inintéressante. Van Hamme s'arrête, voilà une bonne chose. Heureusement que Rosinski s'est repris, depuis qu'il a fait "la vengeance...", cela donne au moins une raison de lire cet album.C'est bien la seule.