Critique 411 - Newuniversal #1 Enter

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Warren Ellis
Dessinateur : Salvador Larroca
Coloriste : Jason Keith
Lettrage : Rus Wooton de Virtual Calligraphy
Éditeur : Marvel

Taille : Format US normal
Dépôt Légal : 02/2007
ISBN : <Aucun>
Nb Pages : 48
Prix de détail : 3.75$ (2.99USD)

Genre : Fantastique
 

Synopsis du site de Marvel
Planet Earth. Inhabited by six billion people. People leading ordinary lives, coping with everyday struggles. But on a night like any other, the Earth is rocked by the most startling celestial event ever witnessed by the human race. The White Event. And from its wake, a handful of humans emerge as something more.

Dans un monde très différent de celui présenté dans la très grande majorité des récits publiés chez Marvel, et où les super-héros n'existent qu'au cinéma et dans les bandes dessinées, voilà qu'un événement céleste étrange, communément appelé The White Event, surprend les six milliards d'habitants de la planète au même moment. Alors que, pour la plupart d'entre eux, cet événement n'ait représenté qu'un gigantesque éclair dans le ciel, pour d'autres tels que le détective Tensen, le jeune Kenneth Connell et la jolie Izanami Randall, il en fut tout autre chose. D'ailleurs, ils commencent déjà à en ressentir certains effets secondaires à la fois extraordinaires et terrifiants...

Avec cette première partie de 24 planches (ce qui veut dire que le lecteur devra se farcir la quantité impressionnante de 24 pages de publicités diverses!), les auteurs livrent une introduction qui accroche le lecteur dès les pages initiales, pour ne le laisser aller qu'à la toute fin du comic. Le récit est à ce point envoûtant que c'est à peine si l'on remarque le lot effarant d'annonces qui entrecoupent abusivement les planches. En effet, grâce au découpage dynamique de ces dernières, ainsi que de la présentation en parallèle des divers éléments du scénario, les pubs sont inconsciemment ignorées, et le lecteur se concentre plutôt sur le dessin remarquable de l'artiste dans lequel il fait fréquemment intervenir des personnages librement inspirés de la physionomie d'acteurs connus, tels que Gene Hackman et James Gandolfini. Ainsi, en plus d'obtenir le premier volet d'une histoire de qualité, le lecteur a aussi droit à une réalisation très réussie de l'équipe composée de Salvador Larroca, pour les dessins, et de Jason Keith pour la mise en couleurs informatisée. ok

En bref, cet épisode de lancement est simplement à ne pas manquer, car il possède simplement tous les ingrédients nécessaires à en faire une excellente série vouée à un grand succès. D'ailleurs, une semaine seulement après avoir été placé dans les rayons, ce #1 est déjà écoulé chez l'éditeur! Il ne serait donc pas surprenant de voir une deuxième impression voir le jour en même temps que paraîtra la seconde partie du récit! wink winkthumb

ok ok ok ok /5

Liens vers les critiques de quelques autres tomes scénarisés par Warren Ellis:
arrow Ultimate Fantastic Four Vol.2 Doom
arrow Ultimate Fantastic Four Vol.3 N-Zone

Publié dans Critiques

Commenter cet article