Critique 413 - Loveless Vol.1 A Kin of Homecoming

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Brian Azzarello
Dessinateur : Marcelo Frusin
Coloriste : Trish Mulvihill
Lettrage : Clem Robins
Éditeur : Vertigo

Taille : Format recueil US normal
Dépôt Légal : 05/2006
ISBN : 1-4012-1061-9
Nb Pages : 128
Prix de détail : 13.50$ (9.99USD)

Genre : Western



Synopsis du site de DC Comics
Don't miss this collection featuring issues #1-5 of the Western series for a new millennium created by Eisner award-winning writer Brian Azzarello. With artist Marcelo Frusin, Azzarello tells the tough-as-nails saga of Wes Cutter, combining all the bloody action and atmosphere of a Sergio Leone film with the provocative storytelling of HBO's Deadwood.

Deux ans après la fin de la Guerre Civile qui déchira le nord et le sud des États-Unis d'Amérique, il demeure encore quelques factions qui refusent de se soumettre au cessez-le-feu, et continuent de lutter pour leurs valeurs. Cependant, de nombreux survivants d'une dure lutte contre leurs adversaires, la maladie, les infections et la folie de la guerre en général, retournent chez eux espérant y retrouver leurs bien-aimés ainsi que la chaleur de leur domicile. C'est à ce moment qu'un grand nombre de malheureux découvrirent les effets secondaires de cette guerre dévastatrice, alors qu'ils retrouvèrent leur famille réduite, quand celle-ci n'avait pas été complètement décimée, ou bien lorsqu'ils apprirent que la totalité de leurs terres et biens avaient été saisis par les tuniques bleues ou par de riches exploitants ayant sournoisement profité du conflit pour s'enrichir d'avantage. sad

Il va sans dire que cette période figure parmi les plus sombres de l'histoire du pays, et que jusqu'à présent, de nombreux récits inspirés de faits et de témoignages ont fait surface au cours des années, créant des oeuvres littéraires ou cinématographiques hors du commun. Dans cette lignée, les auteurs Brian Azzarello et Marcelo Frusin ont voulu créer une nouvelle série Western visant un public mature, dans laquelle le protagoniste serait l'un de ces si nombreux survivants, mais qui, contrairement à beaucoup d'entre eux, ne serait ni abattu, et ni naïf. Ainsi, leur récit débute avec le retour à Blackwater de Wes Cutter, alors qu'à peine aux abords des limites de sa propriété, celui-ci démarre le processus de sa vengeance en liquidant quelques gênants qui se dressent sur son chemin. Présenté dans un style qui aurait été grandement apprécié par Sergio Leone en personne, ce recueil reprend les cinq premiers épisodes qui furent originalement publiés mensuellement de décembre 2005 à avril 2006, regroupant ainsi le cycle d'introduction de la série! smile

Il est clair que l'on pourrait reprocher au dessinateur Marcelo Frusin de représenter un grand nombre de ses personnages comme s'ils étaient tous dotés du faciès de Clint Eastwood, cependant, cette petite faiblesse est grandement compensée par la méthode originale de représentation des flash-back, comme s'ils se déroulaient à nouveau devant les yeux du protagoniste alors qu'il arrive dans un certain lieu. De plus, avec un récit aussi dur que la vie devait l'être à l'époque, et donc très différent de la représentation humoristique des événements telle que présentée par Lambil et Cauvin dans Les Tuniques Bleues, le lecteur pourra profiter d'une réalisation originale et intéressante dans la même veine que les très populaires réalisations classiques de Spaghetti Western! winkthumb

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article