Critique 438 - Iron Ghost: Les Fantômes du Reich

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Chuck Dixon
Dessinateur : Sergio Cariello
Coloristes : Rick Hiltbrunner, Michael Toolan & Barry Williams
Lettrage : Charles Pritchett
Éditeur : Image Comics/Desperado Publishing

Taille : Format recueil US normal
Dépôt Légal : 01/2007
ISBN-10 : 1-58240-727-4
ISBN-13 : 978-1-58240-727-2
Nb Pages : 152
Prix de détail : 19.50$ (15.99USD)

Genre : Guerre; Polar/Thriller



Synopsis du site de Image Comics
1945 Berlin, Germany. The tide of the war has turned in favor of the Allies. The fall of the Nazi empire is inevitable, but there is still something even more dangerous than the ever approaching Allies to the Third Reich. The Iron Ghost. It's up to two Non-Nazi German Police officers to capture the Ghost, but once they discover the truth will they be able or even want to stop him?

Scénariste : Chuck Dixon
Dessinateur : Sergio Cariello
Coloristes : Rick Hiltbrunner, Michael Toolan & Barry Williams
Lettrage : Chesteroc
Traduction : Alex Nikolavitch
Éditeur : Bamboo
Collection : Angle Comics

Taille : Format recueil US normal, couverture cartonnée
Dépôt Légal : 07/2006
ISBN-10 : 2-35078-146-1
ISBN-13 : 978-2-35078-146-4
Nb Pages : 142
Prix de détail : 23.95$ (13.90€)

Genre : Guerre; Polar/Thriller



Synopsis du site de Bamboo
À la fin de la Seconde Guerre Mondiale, un mystérieux assassin abat les uns après les autres des membres hauts placés de l'appareil nazi. Un suspense en temps de guerre, directement dans la veine des vieux pulps qui virent naître le Shadow !

1944. Le Troisième Reich disparaît dans ses ruines en flammes. Alors que les Alliés avancent, de l'autre côté du front, de hauts dignitaires de ce régime en perdition sont abattus les uns après les autres. Un justicier dont les rares témoins n'ont aperçu que la silhouette engoncée dans un grand imperméable, semble vouloir décimer le gratin de l'appareil nazi. Une enquête est diligentée aussitôt, dans une atmosphère de décadence et de paranoïa. Quels lourds et noirs secrets les survivants vont-ils essayer de dissimuler ? Qu'est-ce que cette sanglante traînée de morts suspectes révêle des ignominies naries ? Il semblerait que seul le Fantôme d'Acier le sache...


Originalement présentée sous forme d'une mini série de 6 épisodes parus selon un rythme bimestriel de avril 2005 à mars 2006, voici que Desperado Publishing rend accessible à ses lecteurs, par le biais de la maison indépendante Image Comics, un recueil reprenant l'ensemble des six épisodes de la série, agrémenté d'un cahier graphique de 9 pages comprenant des essais de personnages, des croquis divers, ainsi qu'une galerie des couvertures individuelles des épisodes réalisées par Flint Henry.

Dans ce polar, tout à fait déconnecté du monde des super-héros autour duquel la plupart des publications américaines sont développées, les auteurs Chuck Dixon et Sergio Cariello invitent leurs lecteurs à découvrir un récit se déroulant à quelques semaines de la capitulation des forces allemandes, marquant la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Alors que plusieurs hauts dirigeants du parti Nazi préparent leur fuite pour des pays sympathisants, un personnage mystérieux, doté d'un oeil rouge lumineux, traque certains d'entre eux afin de les assassiner impitoyablement. Raconté de façon à ce que le lecteur puisse suivre à la fois l'évolution de l'enquête des deux policiers, et les meurtres commis par le Geist Reich, ce récit tombe rapidement dans le vif du sujet, avec la présentation dès les premières pages de l'exécution sommaire de l'un des officiers allemands.

Bénéficiant de 132 planches réalisées par Sergio Cariello dans un style se mariant très bien au scénario de Chuck Dixon, cette bande dessinée arrive à captiver le lecteur dès la première page lue. Enfin, de par le confort visuel offert par les illustrations et l'intérêt généré par l'histoire, ce titre se traduit aisément pas une lecture originale et divertissante qui ira vraisemblablement chercher les amateurs des récits de guerre. smile

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article