Critique 455 - Sang des Voyous (Le)

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Philippe Paringaux
Dessinateur : Loustal (Jacques De Loustal)
Coloriste : Loustal
Éditeur : Casterman
Collection : Univers d'auteurs

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 10/2006
ISBN-10 : 2-203-36606-0
ISBN-13 : 978-2-203-36606-0
Nb Pages : 72
Prix de détail : 28.95$ (14.95€)

Genre : Polar



Synopsis du site de Casterman
Louis est un tueur. Truand, voyou, malfrat, il a fait mourir un grand nombre d'hommes, souvent sur commande, pour les besoin de ses coupables activités, tant en métropole que dans les colonies indochinoises de la France. Mais aujourd'hui, Louis est aussi tueur à l'agonie; une maladie mortelle est en train de ronger ses dernières forces. Alors, avant de disparaître, Louis entreprend, titubant, de repartir sur les traces de sa propre histoire, pour régler ses comptes les armes à la main. C'est la dérive sanglante d'un moribond que raconte Le Sang des Voyous. Philippe Paringaux y retrouve la verve et la précision de ses plus grands récits, pour un Loustal impérial qui n'a peut-être jamais aussi bien dessiné.

Tueur à gages de profession, Louis se voit aujourd'hui remettre la monnaie de sa pièce alors qu'il se retrouve atteint d'une grave maladie mortelle qui le ronge de l'intérieur. Réunissant ce qu'il lui reste de forces, il quitte l'hôpital qui devait lui servir de dernière demeure, et entreprend de régler ses comptes, autant du côté professionnel que du côté personnel. Avec deux révolvers et cinq capsules de morphine dans ses poches, aura-t-il le temps de réaliser ses objectifs? tire

Illustrée puis mise en couleurs par Jacques De Loustal, cette bande dessinée, issue de la neuvième collaboration de l'artiste avec le scénariste Philippe Paringaux, donne l'occasion aux amateurs du style graphique de l'artiste-peintre de profiter de 64 planches réalisées de façon à offrir une grande quantité d'images de pleine page, et tout autant de cases occupant une demi-page. Alors que ce rendu graphique ne laisse personne indifférent et rentre bien dans la catégorie que soit on aime, soit il nous déplait, ce qui, en final, définira l'attrait d'ensemble de cet album est le scénario. En effet, n'apportant que très peu de surprises, et surtout, écrit de façon à empêcher le lecteur de s'attacher au protagoniste, le récit n'offre malheureusement que très peu de divertissement, et donc, ramène le titre à un niveau d'intérêt bien moyen. sad

En bref, voici un album ayant tristement peu d'éclat, malgré les efforts fournis par Loustal. neutral

ok no /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article