Critique 462 - Pourquoi les baleines bleues viennent-elles s'échouer sur nos rivages ?

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Emmanuel Moynot
Dessinateur : Emmanuel Moynot
Coloriste : Emmanuel Moynot
Éditeur : Dupuis
Collection : Aire Libre

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 09/2006
ISBN-10 : 2-8001-3823-8
ISBN-13 : 978-2-8001-3823-7
Nb Pages : 80
Prix de détail : 21.95$ (14.00€)

Genre : Polar



Synopsis du site de Dupuis
Un roman noir, très noir.
Deux hommes, deux écrivains, deux générations. Le premier, auteur américain à succès, énigmatique et sulfureux ; le second, jeune romancier français, cynique et ambitieux. Dans le Paris nocturne d'aujourd'hui, se vit une relation étrange, entre fascination et exaspération. Un grand roman noir, par un Emmanuel Moynot au sommet de son art.


Auteur-compositeur, chanteur, guitariste, et harmoniciste, Emmanuel Moynot trouve dans la musique une forme d'expression complémentaire à la bande dessinée. Avec l'une, il travaille seul à son bureau, tandis que grâce à l'autre, il se produit directement devant un public. Menant de front ses deux activités créatrices, il continue de jouer dans les bistrots parisiens avec un ami contrebassiste dans une formation acoustique nommée Mataluna. Après avoir repris du grand Jacques Tardi, en 2005, les aventures de Nestor Burma avec La Nuit de Saint-Germain-Des-Prés, voilà que l'artiste livre un récit complet qui s'ajoutera au catalogue de la collection Aire Libre chez Dupuis. smile

Intitulé Pourquoi les baleines bleues viennent-elles s'échouer sur nos rivages ?, ce One-Shot permet de partager quelques moments de la vie de Jean, un auteur français, alors que déchiré entre plusieurs femmes, il se trouve en quête d'inspiration pour l'écriture de son prochain roman. En parallèle, le lecteur sera aussi témoin de la descente aux enfers d'un second auteur, américain cette fois-ci, lequel n'a pas écrit une ligne depuis de nombreuses années, mais qui demeure, depuis la parution de son dernier roman, dans la très haute estime de Jean. Deux personnages très différents, mais à leur façon, tout aussi disjonctés. C'est donc à travers une représentation quasi monochromatique, rehaussée de touches vives de couleurs dont l'effet est quelques fois surplombant, que l'auteur raconte ce récit aux ambiances très noires et parfaitement en accord avec la tendance neurasthénique de l'un des protagonistes.

En bref, illustrée avec soin et mise en couleurs par l'auteur, cette bande dessinée plaira certainement aux amateurs de romans noirs, tout à fait dans le genre des récits de Léo Malet. wink

ok ok ok /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article