Critique 463 - Pourquoi j'ai tué Pierre?

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Olivier Ka
Dessinateur : Alfred (Lionel Papagalli)
Coloriste : Henri Meunier
Éditeur : Delcourt
Collection : Mirages

Taille : Format ¾, couverture cartonnée
Dépôt Légal : 09/2006
ISBN-10 : 2-7560-0380-8
ISBN-13 : 978-2-7560-0380-1
Nb Pages : 112
Prix de détail : 24.95$ (14.95€)

Genre : Chronique biographique; Prévention



Synopsis du site de Delcourt
Olivier est un garçon sans histoires. Élevé dans une ambiance baba-cool au sein d'un milieu libertaire et permissif, c'est un enfant peu farouche qui a l'habitude de la nudité des adultes. À 12 ans, il part en colonie de vacances. Là, Pierre, un curé avec qui il s'est lié d'amitié, lui demandera de toucher son corps. Olivier ne sera ni violé ni abusé, mais cet événement marquera son existence à jamais...

La première chose qui vient à l'esprit après avoir terminé cet album, et aussi après avoir réussi à surmonter le dégoût provoqué par les événements qui y sont dépeints, est qu'il aura fallu énormément de courage au scénariste Olivier Ka afin de témoigner cette histoire des plus révoltantes et touchantes.

Présenté avec un recul que peu de gens auraient pu s'accorder, l'auteur relate les faits et gestes liés aux événements qui se sont déroulés pendant sa jeunesse, tout en prenant bien le soin de mettre en contexte le lecteur quant aux tendances et agissements particuliers de ses parents. L'auteur, grâce au talent graphique de son ami Alfred, raconte ainsi, en commençant avec ses souvenirs de lorsqu'il avait 7 ans, divers moments clés qui mèneront à sa rencontre avec Pierre, le curé de la paroisse de leur voisinage. Le récit évolue ainsi, d'année en année, avec quelques sauts temporels, jusqu'à l'âge adulte où Olivier revient à ses sources afin de confronter son passé.

En bref, voici une oeuvre de prévention qui vaut franchement la peine d'être lue, cependant, tout comme c'était le cas avec le titre Lucille de Ludovic Debeurme, une fois la lecture terminée, il est fort probable que vous n'aurez plus jamais envie de le relire, et ce, non pas par absence de qualité de réalisation ou par désintéressement envers le sujet, mais plutôt dû au bouleversement que génère le témoignage de cet album. neutral

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique du tome de Ludovic Debeurme mentionné plus haut:
arrow Lucille

Publié dans Critiques

Commenter cet article

Alan 04/03/2007 13:05

Pas d'accord.
J'ai bien aimé la construction par chapitre. Mais trouvé qu'elle ne se pretait pas à ce récit. On ne rentre pas assez au fond du personnage... on reste en surface ! Les chapitres sont trop courts...
J'ai par contre aimé la dernière partie du récit : la rencontre.
Je pense que faire un livre sur un sujet grave n'est pas un gage de qualité. Très déçu par cet album, conseillé par mes libraires bordelais (amis d'Alfred, forcément).

Coatlistrasz 15/02/2007 20:19

Tout a fait d'accord avec cette critique, cet album est à lire.Autant il est vrai que c'est une oeuvre de prévention mais surtout un grand et précieux témoignage.Perso je lui donnerai 4.5/5 pour la façon dont le problème est traité autant que pour le travail graphique.En fin de compte doit on absoluement le relire si le message est passé ? Peut être pas mais le prêter, ça oui ...

Philippe Grenier 16/02/2007 01:40

Bien souligné! ;)