Critique 499 - Légende de Cassidy (La) T.2 Le Syndicat des pilleurs de trains

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Roger Martin
Dessinateur : Asaf Hanuka
Coloriste : Kness
Éditeur : Emmanuel Proust
Collection : Trilogies

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 09/2006
ISBN-10 : 2-84810-052-4
ISBN-13 : 978-2-84810-052-4
Nb Pages : 48
Prix de détail : 22.95$ (13.00€)

Genre : Western; Historique



Synopsis du site de Emmanuel Proust
Utah, 1896. La route de Sundance et de Sean croise celle de hors-la-loi en lutte contre la tyrannie des Barons du bétail. De la rencontre avec leur chef, le célèbre Butch Cassidy, naît alors le Syndicat des pilleurs de trains, une organisation de justiciers aussi redoutable qu'efficace... Par le scénariste de la série AmeriKKKa, ce western social explore les dérives du nouveau monde. Fascinant.

Afin de se mettre en saveur pour la parution de la 500e critique de bandes dessinées, qui sera mise en ligne dans la journée historique du 20 mars 2007, voici la première de trois oeuvres ayant pour thématique le monde du western américain. Parue au sein de la collection Trilogies des éditions Emmanuel Proust, cette deuxième partie du triptyque relatant les évènements de la vie de Butch Cassidy et The Sundance Kid, continue de suivre l'évolution de leur carrière de bandit alors que le duo en viennent à former ce qui s'appellera "Le Syndicat des pilleurs de trains". charge

Présentée comme si elle provenait du journal personnel de Sean Cassidy, cette histoire illustrée par Asaf Hanuka connaît un changement dans sa présentation graphique alors que le trait de l'artiste laisse percevoir une augmentation dans sa finesse qui se traduit par une amélioration fortement remarquée du rendu de ses planches. Cependant, malgré les efforts de mlle Kness pour offrir une mise en couleurs qui rappelle l'ambiance de certains films du Duke, quelques erreurs importantes dans les rapports et les perspectives du dessin provoquent invariablement des grimaces chez le lecteur. Ceci dit, l'aventure présentée n'en souffre pas trop, et donc l'intérêt général porté au récit ne s'en retrouve heureusement pas affecté. wink

En bref, voici un titre qui offre un certain intérêt au niveau du récit, notamment au point de vue des événements historiques liés aux personnages immortalisés en 1969 par Robert Redford et Paul Newman, et pour lequel il faudra accorder un peu de clémence au jeune Asaf Hanuka dont l'évolution de son style est plein de promesses. smile

ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article