Critique 554 - Black Op T.3

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Stephen Desberg
Dessinateur : Hughes Labiano
Coloriste : Jean-Jacques Chagnaud
Lettrage : Nadine Labiano
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 03/2007
ISBN-10 : 2-205-05878-9
ISBN-13 : 978-2-205-05878-9
Nb Pages : 48
Prix de détail : 23.95$ (13.00€)

Genre : Polar/Thriller; Espionnage



Synopsis du site de Dargaud
Dans les années 70, Floyd Whitman, jeune agent idéaliste de la CIA rentre en contact avec la mafia russe et voit là l'opportunité de porter le fer au coeur du communisme. Il va donc monter avec l'accord de sa hiérarchie une vaste opération secrète afin d'aider les pires mafieux soviétiques à s'enrichir. Ce troisième tome commence de nos jours par le débarquement sur le sol américain d'une escouade de tueurs de l'ex-KGB visiblement mandatés par les services secrets US, leur but étant d'opérer une vaste opération de nettoyage chez les anciens complices de Whitman.

Mais, sous forme de flash-back, on assiste aussi au voyage du jeune Whitman au coeur de l'empire soviétique pour rencontrer les chefs mafieux et à la lente compromission des USA avec les plus sordides criminels de Russie.


Relatant deux histoires finement entrelacées depuis le tout début de la série, Black Op fait état d'actions se déroulant en temps présent à propos d'une opération secrète de très grande envergure, mais aussi des débuts de la carrière d'espion de Floyd Whitman, alors que ce dernier avait pour mission de tisser des liens, pour le compte de la CIA, avec des chefs de la mafia russe afin de participer à la corruption du monde communiste de l'ex-URSS par la meilleure solution que les américains avaient à l'époque: le capitalisme incité par les produits de luxe et les montagnes de billets verts! money

Il va sans dire que, compte tenu de la méthode choisie par le scénariste Stephen Desberg pour raconter son histoire d'espionnage sur deux époques, impliquant de nombreux intervenants et avec de multiples subtilités et détails présentés en cours de série, le lecteur aura tout à son avantage de relire les deux premiers tomes déjà parus afin de se rafraîchir la mémoire quant aux nombreuses précisions exposées jusqu'à présent. Or, avec le travail de qualité offert par le dessinateur Hughes Labiano, la relecture sera d'autant plus appréciée, alors que le dessin de l'artiste fait honneur au scénario en présentant les deux époques parcourues avec un grand soin apporté aux détails des lieux et du moment. smile

En bref, le récit continue dans la même voie qu'amorcée précédemment, avec en prime quelques dévoilements supplémentaires qui permettent de voir un peu plus clairement l'étendue de la toile scénaristique tissée par Stephen Desberg. Une chose est certaine, les amateurs des deux premiers opus ne seront définitivement pas déçus! wink

ok ok ok ½ /5

Liens vers les critiques des deux tomes précédents de la série Black Op:
arrow Black Op T.1
arrow Black Op T.2

Ainsi que vers celles de quelques autres albums signés Stephen Desberg:
arrow I.R.$. T.8 La Guerre Noire
arrow Jimmy Tousseul (Les Nouvelles Aventures de) T.1 Blanc et Noir
arrow Mic Mac Adam (Les Premières aventures de) Vol.3 Le Livre de Soufre
arrow Rafales T.2 L'Évolution
arrow Scorpion (Le) T.7 Au Nom du Père

Publié dans Critiques

Commenter cet article