Critique 558 - Bouncer T.5 La Proie des Louves

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Alexandro Jodorowsky
Dessinateur : François Boucq
Coloristes : Sébastien Gérard & François Boucq
Lettrage : Scarlett Smulkowski
Traducteur : Eric Mettout
Éditeur : Les Humanoïdes Associés

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 11/2006
ISBN-10 : 2-7316-1825-6
ISBN-13 : 978-2-7316-1825-9
Nb Pages : 64
Prix de détail : 23.95$ (13.00€)

Genre : Western



Synopsis du site de Les Humanoïdes Associés
Le tome 5 démarre sur les chapeaux de roue avec un massacre perpétré par trois frères mexicains qui sont des as du coutelas - tandis que la femme bourreau bien mystérieuse derrière son chapeau et son cigare emmènera Bouncer dans de lointains paysages peu recommandables...

Drames familiaux qui font penser à la tragédie grecque, combats homériques et spectaculaires qui font penser aux films d'action de Hong-Konk et splendeur graphique d'une puissance et d'un expressionnisme rarement atteints dans une bande dessinée : les références de nos auteurs sont donc très actuelles et produisent un western comme on n'en avait pas encore vu...


Suite à un début de récit fort tumultueux dans le troisième tome de la série, voilà que le deuxième cycle d'aventures de l'illustre videur manchot de l'Inferno Saloon prend fin dans un album augmenté de 8 planches additionnelles, et révélant, une fois de plus, quelques nouveaux secrets à propos des origines du protagoniste, ainsi que du passé de certains autres personnages importants de l'histoire. smile

Solide du début à la fin de ce triptyque, le scénario d'Alexandro Jodorowsky saura, sans aucun doute, toucher tout amateur de Spaghetti Westerns à raison de ses scènes de pistolero fort dramatiques et très bien réussies, mais surtout pour les appréciateurs des évolutions du genre beaucoup plus noirs, tels que certains classiques produits ou joués par Clint Eastwood, avec High Plains Drifter (1973) ou Hang 'Em High (1968) à titre d'exemple. winkthumb

En bref, voilà une très bonne fin à ce deuxième cycle captivant, illustrée de façon exceptionnelle par François Boucq, lequel apporte de plus un soutien à Sébastien Gérard pour la mise en couleurs de ses planches. À noter pour les intéressés, les éditions Les Humanoïdes Associés ont aussi mis à la disposition de leurs clients qui attendaient l'achèvement du triptyque avant de s'y lancer, une version en coffret de ce deuxième cycle, dans lequel on retrouvera les tomes 3 à 5 de la série. smile

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique du tome précédent de la série Bouncer:
arrow Bouncer T.4 La Vengeance du manchot

Ainsi que vers celle d'un autre album signé François Boucq:
arrow Rock Mastard T.2 Pas de deo gratias pour Rock Mastard

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article