Critique 625 - Bonecreek T.1 Stanley White

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Bat
Dessinateur : Nicolas Otéro
Coloriste : Wilmaury (William Maury)
Éditeur : Emmanuel Proust

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 02/2007
ISBN-10 : 2-84810-152-0
ISBN-13 : 978-2-84810-152-1
Nb Pages : 48
Prix de détail : 24.95$ (13.00€)

Genre : Western



Synopsis du site de l'éditeur
Bonecreek, petite ville hostile du néo-Far West. Litia et Eddie doivent résoudre le meurtre de trois membres de la mafia locale. Une mission périlleuse pour ces deux mercenaires expérimentés qui servent les desseins d'un énigmatique employeur...

Après un cataclysme dont il n'est pas clairement mention dans l'album, la Terre est aujourd'hui devenue complètement ravagée par les guerres et les conflits. Habitant dans de petites villes entourées de désert et de désolation, les survivants sont contraints de retourner dans un mode de vie tout à fait similaire à celui du temps de la quête de l'Ouest en Amérique du Nord. cowboy

Or, déjà à cette époque certains riches exploitants profitaient de la faiblesse et la misère des pauvres pour en abuser et s'approprier de leurs maigres biens. Heureusement, à Bonecreek un mystérieux personnage répondant au nom de Bonebanner s'oppose à l'oppression causée par Erasmus Jones, le "bienfaiteur" local, et sa troupe de Blues, la mafia locale...mercenary

Ainsi, suite à la réalisation des cinq tomes de la série AmeriKKKa, aujourd'hui aussi publiés par les éditions Emmanuel Proust, le jeune artiste Nicolas Otéro entreprend une nouvelle série avec un scénariste pour lequel Bonecreek lui permet d'entrer dans le monde de la bande dessinée franco-belge. Ce dernier, signant sous le pseudonyme Bat, offre autant à l'artiste qu'à ses lecteurs un récit très bien ficelé, qui s'avère être bien passionnant! smile

À travers ce récit à suivre dans le tome 2 annoncé sous le titre Erasmus Jones, le lecteur a droit à un début d'aventure dotée de petits mystères pour lesquels les réponses sont offertes au cours du récit. Dans un genre qui est vraiment loin d'être aussi sombre que ce qui peut être lu dans Jeremiah, ce tome démarre sur le plan d'une simple enquête de meurtres, puis l'histoire prend rapidement un tournant de plus en plus intéressant, réussissant ainsi à garder le lecteur captivé tout au long de l'album. En bref, cette bande dessinée illustrée dans un style qui colle parfaitement à la nature du récit ne manquera pas de plaire à un grand éventail de lecteurs! thumbs

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article