Critique 1011 - Dantès T.4 Pour solde de tout compte

Publié le par Philippe Grenier

Scénaristes : Pierre Boisserie & Philippe Guillaume
Dessinateur : Erik Juszezak
Coloriste : Juliette Nardin
Éditeur : Dargaud

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 09/2010
ISBN-13 : 978-2-205-06386-8
Nb Pages : 48
Prix de détail : 19.95$ (10.95€)

Genre : Polar/Thriller



Présentation de l'éditeur
Après que son opération chirurgicale a réussi et qu'il a piégé les responsables de la chute, dont l'énigmatique Saint-Hubert, Dantès commence à comprendre que la partie sera plus difficile que prévue. Un polar financier captivant qui raconte la vengeance implacable d'un homme victime d'une machination. Une version ultramoderne et d'actualité du Comte de Monte-Cristo.

Depuis quelques temps, le nom de Pierre Boisserie est l'un de ceux qui reviennent souvent à l'ordre du jour en ce qui a trait aux lectures des amateurs de bandes dessinées. Le moins qu'on puisse dire, est que cela n'est guère étonnant, car il est tout aussi souvent associé aux albums nouvellement arrivés dans le bac des nouveautés! De fait, que ce soit aux côtés de Frédéric Ploquin, Eric Stalner, Philippe Guillaume ou en solo à la scénarisation, il n'en change rien au fait qu'au cours des trois dernières années, l'auteur a contribué à la réalisation de près de vingt albums! C'est donc sans surprise qu'aujourd'hui nous le retrouvons à nouveau sous les feux de la rampe, cette fois-ci en collaboration avec Philippe Guillaume, alors qu'ils livrent non pas une adaptation de l'un des romans d'Elizabeth George, mais le très attendu quatrième opus de leur passionnante série Dantès! smile

On se le rappelle, à sa parution, le premier tome ne pouvait pas mieux tomber. De fait, à peine une douzaine de semaines plus tard, les journaux financiers et tous les autres canards européens étaient inondés d'articles concernant le fameux Jérôme Kerviel, un jeune homme de 31 ans qui aurait prétendument fait perdre, à lui seul, près de 5 milliards d'Euros à La Société Générale! Outre l'absurdité totale liée au fait que son employeur s'en serait aperçu que "par hasard" - car, il est évident que 5 milliards d'Euros, tout le monde égare cela dans les sièges de sa voiture - le fait qu'un seul individu, à lui seul, ait pu faire perdre une telle somme sans que personne à la SG, ou dans d'autres instances, ne lui donne un petit coup de pouce, cela relève de la science-fiction! À moins que ce ne soit plutôt de la BD? siffle

Ceci étant dit, les auteurs vous le confirmeront, d'abord le premier tome est paru avant cette annonce étourdissante, et de plus, ils le disent bien, "toute ressemblance avec des personnes ou des événements existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence...! Quoi qu'il en soit, les amateurs de bandes dessinées ont ainsi la possibilité de lire un récit qui aurait pu être celui de ce génie de la bourse, alors que les auteurs racontent une histoire fictive librement basée sur le chef d'oeuvre d'Alexandre Dumas intitulé Le Comte de Monte-Cristo. Tandis que les tomes précédents et courant ont jusqu'ici suivi, librement mais efficacement, la trame principale de ce récit classique, le lecteur connaissant bien l'histoire d'Edmond Dantès aura toujours droit à son lot de surprises alors que les auteurs prennent bien le soin de réinventer les moments-clé de leur version du récit. De surcroît, puisque Pierre Boisserie et Philippe Guillaume ont parfaitement adapté l'histoire d'Alexandre à la période actuelle, en utilisant bien sur les technologies de l'heure, le dépaysement du lecteur est presqu'à 100% total. wink

Pour nous livrer ce polar bien ficelé, les deux scénaristes se reposent encore une fois sur Erik Juszezak, un artiste rapide et soigneux qui, au cours des quatre dernières années, a non seulement livré les quatre premiers tomes de la série en titre, mais aussi la seconde partie de Narvalo sur un scénario de Yann Le Pennetier, tout en participant au collectif Empire USA de Stephen Desberg et Yann Le Pennetier. Espérons que son prochain projet sera celui du tome 5, car vivement la découverte de la suite (et fin?) du récit! Entre temps, un petit conseil pour les bédéphiles, afin de pleinement apprécier ce nouveau volet de Dantès, n'hésitez pas à relire les trois précédents chapitres pour vous rafraîchir la mémoire quant aux petits détails qui feront toute la différence dans votre plaisir de lecture. wink

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique du premier tome de la série Dantès:
arrow Dantès T.1 La Chute d'un trader

Ainsi que vers celle d'un autre album dessiné par Erik Juszezak:
arrow Narvalo T.1 Mercenaires princiers

Publié dans Critiques

Commenter cet article