Critique 1048 - Asymptote T.1 La Fin du Monde

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Simon Banville
Dessinateur : Simon Banville
Coloriste : Simon Banville
Éditeur : Les 400 Coups
Collection : Coup de griffe

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 04/2011
ISBN-13 : 978-2-89540-518-4
Nb Pages : 48
Prix de détail : 17.95$ (12.00€)

Genre : Humoristique; Animalier



Présentation de l'éditeur
Asymptote c'est l'histoire de trois personnages attachants et de leur entourage immédiat. D'abord, il y a Waso, un cacatoès domestiqué incapable de voler et père de Pou. Il est cinglant et révolutionnaire mais fait preuve de peu de jugement. Bavard, il a toujours une opinion sur tout, souvent saugrenue et inappropriée. Son fils Pou, qu'on imagine avoir environ 6 ans, représente la créativité pure dans un esprit insouciant et naïf. À cause de sa petite taille, il vit dans une échelle de grandeur où le dé à coudre peut devenir un casque d'écoute, un évier, un océan et le sac d'un aspirateur, le ventre de Moby Dick. La propriétaire de ces deux oiseaux domestiques, Élorah, est une petite fille de dix ans, intelligente et studieuse, qui se pose des questions bien profondes pour son âge.... D'ailleurs, lorsqu'elle doit s'en remettre à Waso pour l'aide aux devoirs, elle se retrouve le plus souvent déstabilisée par les réponses de celui-ci.

La série Asymptote offre une réflexion sur le monde dans lequel nous vivons. Les dérives de la haute finance et de la société de consommation y sont exposées avec beaucoup d'humour et d'intelligence. Depuis l'automne 2010, Asymptote est publié par le quotidien
24h et le magazine Les Débrouillards.


Accompagnant le 6e volet des aventures oniriques d'Ariane et Nicolas dans le bac des nouveautés, l'on retrouve, du même éditeur, le premier recueil des strips humoristico-satiriques signés Simon Bainville, mettant en vedette trois cacatoès et leur jeune propriétaire Élorah. À travers ces personnages peu communs, le lecteur peut partager le regard qu'a l'auteur du monde dans lequel nous vivons, et ce, en optant pour une approche humoristique et sensible. smile

De fait, tel un buffet de pensées, l'auteur y aborde de tout, ne négligeant en rien le poids de la critique sociale sur divers sujets nous touchant tous, de près ou de loin, tout en prenant soin d'intercaler quelques gags moins engagés pour alléger la lecture. D'un trait simple et soigné, il va ainsi droit au but, laissant le soin au lecteur de poursuivre ses propres réflexions entre deux bandes dessinées. wink

En bref, voilà une belle entrée en scène en solo de l'artiste qu'il nous avait été possible de découvrir en novembre 2009, grâce à son mini-récit La Petite fille qui savait compter paru au sein du collectif Histoires d'hiver. smile

ok ok ok /5

Lien vers le site web de l'auteur Simon Banville:
arrow simonbanville.com

Publié dans Critiques

Commenter cet article