Critique 1051 - Fraternity T.1 Livre 1/2

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Juan Díaz Canales
Dessinateur : José-Luis Munuera
Coloriste : Sedyas
Lettrage : Moscow Eye
Traducteur : Anne-Marie Ruiz
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 08/2011
ISBN : 978-2-205-06740-8
Nb Pages : 56
Prix de détail : 24.95$ (13.95€)

Genre : Historique, Fantastique



Présentation de l'éditeur
1863, aux Etats-Unis, en pleine guerre de Sécession. Telle une enclave perdue dans l'Etat d'Indiana, une petite communauté a été créée par un groupe d'hommes et de femmes qui souhaite ainsi vivre une expérience audacieuse. Chacun partage ses biens, mais la communauté "Fraternity" - ainsi appelée en raison des valeurs sur lesquelles s'appuie ce modèle de microsociété - repose sur un équilibre fragile. Très vite les dissensions apparaissent, surtout après l'intégration d'un jeune garçon découvert dans la pleine forêt voisine. Un "monstre" aurait même été aperçu au moment de sa capture, une créature qui semblait veiller sur lui.
Plus tard, un groupe de soldats en fuite débarque dans la communauté de plus en plus divisée. Un récit tragique et sensible d'une très grande force.


Après avoir livré l'exceptionnel album Le Signe de la Lune, sur un scénario de maître co-écrit avec Enrique Bonet, voilà que José-Luis Munuera rejoint l'un des pères de Blacksad pour illustrer un nouveau récit prenant place au sein de la petite communauté de New Fraternity, dans l'état d'Indiana. Les auteurs invitent ainsi leurs lecteurs à être témoins des événements se déroulant en plein coeur de la guerre de Sécession, tandis que la communauté, construite selon une idéologie pleine de bonne volonté, est aux abords de l'éclatement. Or, un malheur n'arrivant jamais seul, voilà qu'un groupe de soldats inspirant la méfiance et portant un lourd secret arrive en ville, tandis qu'une créature étrange rôde dans la forêt avoisinante... shock

Dès la première page lue, le lecteur se sentira emporté par la cadence dynamique de la narration graphique de la scène d'introduction. S'en suivra une habile manifestation d'un tour d'horizon concernant la situation en cours, complété d'une présentation des divers protagonistes et personnages de soutien, tandis que José-Luis Munuera continuera d'épater son public avec des planches exquisement découpées et illustrées. Les indices s'accumuleront, et les scènes se succèderont à travers l'album, jusqu'à ce qu'on arrive inéluctablement à la dernière page de la dernière scène, sur une fin choc qui ne peut que laisser le lecteur avec un sentiment de perplexité. Une relecture confirmera cette impression, alors que naîtra dans l'esprit du lecteur la question suivante: "Mais où veulent-ils en venir?". scratchhead

Pour connaître la réponse à cette question, il faudra attendre. Seulement quelques semaines encore, mais tout de même attendre. Entre temps, on se retrouve avec un très bel album en main, muni d'un titre à la typographie évocatrice du slogan paradoxal de La ferme des animaux, et une confirmation que la livraison de la fin du diptyque aura lieu dès le 21 octobre 2011 pour les lecteurs européens. Perplexe, mais décidé: cet album est à conseiller. wink

ok ok ok ½ /5

Liens vers les critiques d'albums ayant été réalisés par les auteurs de celui-ci:
arrow Blacksad T.3 Âme Rouge
arrow Blacksad T.4 L'Enfer, le silence
arrow Spirou et Fantasio T.49 Spirou à Tokyo
arrow Spirou et Fantasio T.49Z Le Guide de l'aventure à Tokyo

Publié dans Critiques

Commenter cet article