Critique 1059 - Voyage en Satanie T.1 Tome 1/2

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Fabien Vehlmann
Dessinateur : Kerascoët (Marie Pommepuy & Sébastien Cosset)
Coloriste : Kerascoët
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 08/2011
ISBN : 978-2-205-06675-3
Nb Pages : 56
Prix de détail : 24.95$ (13.95€)

Genre : Fantastique; Aventure



Présentation de l'éditeur
Charlotte, alias Charlie, une jolie petite rousse, organise une expédition afin de retrouver son frère, un jeune scientifique, qui a disparu sous terre depuis plusieurs mois. Celui-ci affirmait pouvoir prouver l'existence de l'Enfer en s'appuyant sur la théorie de l'évolution de Darwin. Il était en effet persuadé que les hommes de Néandertal auraient pu se réfugier sous terre, développant certaines adaptations aux conditions locales : excroissance osseuse sur la tête en guise de protection, jambes et corps velus pour se réchauffer, pieds en forme de sabots afin de se déplacer sur la rocaille... Un portrait-robot des créatures sataniques ! Le savant donnait même un nom à ce continent enfoui sous nos pieds : la Satanie. Le groupe conduit par Charlie s'enfonce sous terre et découvre au fur et à mesure de sa progression que les entrailles de notre planète abritent bel et bien une autre forme de vie pour le moins inattendue... Et si c'était ça, l'Enfer ?

Après avoir proposé le décevant album Le Diable amoureux et autres films jamais tournés par Méliès, voilà que Fabien Vehlmann renoue sagement avec Kerascoët afin de livrer une nouvelle fable fantastique où la vie et la mort se côtoient fébrilement. De fait, les trois auteurs nous proposent une expédition dans les profondeurs de la terre, aux abords même de l'enfer, afin de retrouver le frère de Charlotte, disparu depuis près de deux mois! shock

D'abord présentée comme une mission de sauvetage spéléologique classique menée par la jeune Charlotte et quelques amis du disparu, cette histoire prend un tournant assez surprenant lors de la montée de la crue, laquelle force les équipiers à prendre une nouvelle direction impromptue dans les cavernes. Cette redirection dans leur parcours coïncide avec le changement de cap du récit, tandis que ce dernier bifurque de sa nature tout à fait crédible vers celui de l'imaginaire fantastique. On reconnait dès lors le génie créatif du scénariste Fabien Vehlmann, et on se laisse emporter par l'histoire aux multiples revirements de situation. smile

Côté dessin, on appréciera le trait simple, mais combien expressif, du duo Marie Pommepuy et Sébastien Cosset, alors qu'ils prennent une pause dans leur série Miss pas Touche, tout en demeurant aux éditions Dargaud, pour élaborer ce nouveau diptyque avec Vehlmann. Ensemble, ils composent ainsi un premier volet qui se lit tel un captivant "page-turner" (excusez l'utilisation de l'anglais, mais cette expression figurée tellement parlante est malheureusement inégalée en langue française!), tout en faisant naître le désir d'en découvrir la suite dans le prochain tome (que l'on espère ne tardera pas trop)! wink

En bref, voilà une histoire qui, sans chercher inutilement à épater la galerie, offre un bon moment de divertissement. smile

ok ok ok

Publié dans Critiques

Commenter cet article