Critique 991 - Lulu Femme Nue T.2 Second livre

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Étienne Davodeau
Dessinateur : Étienne Davodeau
Coloriste : Étienne Davodeau
Éditeur : Futuropolis

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 04/2010
ISBN-13 : 978-2-7548-0103-4
Nb Pages : 80
Prix de détail : 29.50$ (16.00€)

Genre : Roman Graphique



Présentation de l'éditeur
Avec ce second livre très attendu, Étienne Davodeau clôt magistralement un récit en tous points magnifique. C'est un hymne à l'amour de vivre, joyeux et grisant. Lulu est toujours en errance. Si son escapade se déroule sur dix-neuf jours, le temps de la narration est celui d'une nuit, sur la terrasse de la maison familiale, où tous les amis de Lulu sont réunis pour une veillée funèbre. Mais cette fois, prenant le relais de Xavier, c'est Morgane, la fille de Lulu, qui raconte ce qui est arrivé à sa mère. Lulu a quitté Charles, son camping et ses improbables frangins, mais n'a pas pour autant décidé de rentrer au bercail. Elle poursuit sa quête d'elle-même, ailleurs. Elle rencontre Marthe, vieille femme solitaire et pétillante, dans des circonstances, disons, explosives. Lulu et Marthe, Marthe et Lulu, une complicité à bien des égards décisive, comme le point nodal de ce second livre. Etienne Davodeau dresse ici le double portrait magnifique d'une femme ordinaire, Lulu, et d'une vieille femme haute en couleurs, Marthe, qui, revêche de prime abord, se révèle incroyablement belle et généreuse. Et enfin, on découvre qui est le mort qu'on veille...

Après avoir été sacrée meilleure bande dessinée de l'année 2008 par le jury de lecteurs du Bédélys d'Or, il est clair que l'attention d'un grand nombre de lecteurs allait être tournée vers le deuxième et dernier volet de ce diptyque dès sa parution! Et avec raison! De fait, l'artiste qui n'a plus besoin d'introduction avait laissé ses lecteurs sur le bout de leur siège, alors qu'il narra, à travers l'un de ses personnages, la première moitié des événements suivant le départ impromptu de Lulu. Cette dernière avait en effet quitté son mari et ses enfants pour se lancer vers l'inconnu, sans but précis, et avec pas grand chose de plus en poche! shock

Pourtant, à travers la progression du récit, le lecteur découvrira que malgré le fait que Lulu soit complètement démunie, un côté endormi de sa personnalité se réveillera, et elle retrouvera graduellement le bien-être, et surtout, la sensation de tout simplement vivre. Les rencontres inusitées qu'elle fera le long de son parcours particulier lui donneront l'occasion de faire le point sur le chemin jusqu'ici emprunté au cours de sa vie. Toutefois, en ce qui concerne où cela la mènera, ce n'est pas cette critique qui en gâchera le plaisir de la découverte! wink

Relatée lentement, selon un tempo qui sied parfaitement au processus d'évolution du protagoniste, cette oeuvre clôt de façon très intéressante la fin du récit démarré quelque dix-huit mois plus tôt. Le dessin de l'artiste, sans être extraordinaire dans sa conception, véhicule habilement les émotions ressenties par les protagonistes, dans la joie, tout comme dans la colère et l'incertitude. Le récit, quant à lui, réussit sans mal à garder toute l'attention du lecteur, et ce, tout au long des 76 planches qui constituent ce volume. smile

En bref, voilà une histoire qui émeut et qui saura plaire à tout amateur de récits intimistes. winkthumb

ok ok ok ok ½ /5

Liens vers les critiques de quelques autres oeuvres signées Étienne Davodeau:
arrow Geronimo T.1 Tome 1/3
arrow Québec: Un détroit dans le fleuve
arrow Un homme est mort

Publié dans Critiques

Commenter cet article