Critique 998 - Moi, Dragon T.1 La Fin de la genèse

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Juan Gimenez
Dessinateur : Juan Gimenez
Coloriste : Juan Gimenez
Lettrage : Michel Brun
Traduction : Olivier Brouet
Éditeur : Le Lombard

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 06/2010
ISBN-13 : 978-2-80362-704-2
Nb Pages : 56
Prix de détail : 24.95$ (13.50€)

Genre : Médiéval; Heroic Fantasy



Présentation de l'éditeur
Au château de Rosenthall, tout est prêt pour célébrer l'anniversaire du Roi Belmont. Les artistes viennent d'arriver et, l'une des membres de la troupe attendant un heureux évènement imminent, les autres assureront le spectacle ! Mais, aux alentours, un certain nombre d'invités non désirés se pressent aux portes de Rosenthall : le redoutable Trofen et ses mercenaires, le volcan Ferona dont les soubresauts font craindre le pire. En effet, il se murmure que chaque éruption présage de l'arrivée d'un grand dragon !

Seul Juan Jimenez connait la vérité qu'il révèlera au cours des trois premiers albums de cette saga s'étalant sur plusieurs siècles.


Après s'être cantonné dans le monde de la science-fiction pendant près de trente ans, du moins en ce qui concerne les publications de l'artiste argentin en langue française, Juan Gimenez démarre une nouvelle série dans un genre qui lui est tout à fait différent, et pour laquelle il prend la direction artistique complète, signant à la fois le scénario et la réalisation des planches. Ayant déjà réalisé les quatre volets de la série Le Quatrième Pouvoir (disponibles chez Les Humanoïdes Associés), le fait d'être auteur à part entière d'une série n'est pas nouveau pour Juan Gimenez. Pourtant, à 67 ans, l'artiste possède toujours un esprit d'aventurier, et il n'hésite pas à se lancer dans un projet de trilogie qui se déroule en temps médiévaux, un période où guerres, trébuchets, chevaliers, tournois et dragons font partie des conversations courantes. shock

C'est ainsi que le lecteur se fait projeter en novembre 1280, au château de Rosenthall, à l'aube des festivités préparées pour célébrer l'anniversaire du Roi Belmont. Cependant, alors que l'attention de tous est dirigée vers cette fête imminente, une autre se prépare dans l'ombre de la forêt environnante, tandis que Made Trofen met en place les derniers éléments de son plan de vengeance qu'elle prépare depuis vingt ans. Et que dire de l'éruption du Ferona, fait annonciateur du réveil de Madragon... frown

Voilà ainsi la toile de fond sur laquelle se dessineront les événements de cette trilogie. L'artiste y troque les habits de cosmonautes pour des armures et des cuirasses, des vaisseaux spatiaux pour des chevaux et des charrettes, et des créatures extraterrestres pour des dragons afin de créer un monde réaliste bien loin de celui de La Caste des Méta-Barons de Jodorowsky! wink

Dans ce premier volet, l'introduction des personnages et la mise en situation suit un cours mesuré, ce qui accorde tout le temps nécessaire aux lecteurs de "faire connaissance" avec les divers protagonistes et antagonistes de la série, et aussi de bien suivre l'escalade des événements qui sont présentés sur plusieurs plans. Côté dessin, on retrouve un Juan Gimenez en pleine forme qui ne cesse d'épater la galerie avec son style vivant, des scènes de combat très denses et des planches d'une composition spectaculaire. L'ensemble en fait un album initial très intéressant, qui ne manquera pas de susciter l'intérêt pour la découverte de la suite des événements. smile

ok ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article