Critique 778 - Berlin T.2 Reinhard le goupil

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Marvano (Mark Van Oppen)
Dessinateur : Marvano (Mark Van Oppen)
Coloriste : Bertrand Denoulet
Lettrage : Éric Montesinos
Traduction : Philippe Bertinchamps, Krisje & Cedric De Pauw
Éditeur : Dargaud

Taille : Grand format
Dépôt Légal : 06/2007
ISBN-10 : 2-5050-0004-2
ISBN-13 : 978-2-5050-0004-4
Nb Pages : 64
Prix de détail : 23.95$ (14.00€)

Genre : Guerre



Présentation de l'éditeur
En 1948, à la Deuxième Guerre mondiale a succédé la Guerre froide. Capitalistes et communistes sont à l'affût de part et d'autre du "rideau de fer" qui sépare l'Ouest de l'Est. Alors que des millions de rescapés miséreux, d'invalides, de veuves et d'orphelins de guerre luttent pour leur survie, des petits jeux de pouvoir politique se jouent sur les décombres de cette faillite qu'est l'Europe.
Quand l'URSS bloque les voies d'accès à Berlin-Ouest, on tente de ravitailler par air la ville enclavée. La plupart des aviateurs de ce pont aérien ont participé aux bombardements qui ont anéanti l'orgueilleuse capitale du IIIe Reich...


Treize ans après la parution du premier chapitre de cette série, Marvano reprend le cours historique des aviateurs du Sept Nains, tandis que le seul survivant de son équipage, le pilote Roy Stuart, dit Schokoladenflieger, parcourt le ciel de l'Allemagne occupée afin de livrer des vivres, ainsi que des barres de chocolat Hershey, aux allemands rescapés des bombardements massifs qui ont précédé la capitulation du IIe Reich d'Adolf Hitler. smile

Le premier album ayant bénéficié d'une nouvelle maquette et d'un rafraîchissement de sa mise en couleurs, voilà que vient le temps de découvrir le second des trois opus prévus de cette série, lequel présente un récit qui vaut la peine de découvrir. Sans pour autant être aussi touchante que celle présentée dans Les Sept Nains, l'histoire de cet album replace le lecteur dans une période qui fait rarement l'objet d'une adaptation en bandes dessinées, afin d'offrir un portrait un peu différent de l'Allemagne de l'après-guerre, en axant principalement l'histoire autour de la vision des jeunes orphelins de guerre. neutral

Bien évidemment, tout comme l'a si bien fait Régine Deforges dans ses romans de la Bicyclette Bleue, Marvano n'hésite pas un instant à critiquer certaines décisions purement économiques ayant été prises par les alliés en ce qui concerne certains membres du parti Nazi, alors qu'il dénonce quelques faits au sein de son récit impliquant son protagoniste. Ce mélange d'histoire et de fiction permet donc aux lecteurs d'apprendre des faits inconnus sur cette période nébuleuse tout en profitant d'un récit stimulant et divertissant. Heureusement, tandis que prend fin cet album de 64 pages, la suite, relatant les faits se déroulant 13 années après celui-ci, est déjà annoncée, ce qui ne manquera pas de réjouir les nombreux lecteurs qui ont récemment redécouvert cette excellente série! winkthumb2

ok ok ok ½ /5

Lien vers la critique du tome précédent de Berlin:
arrow Berlin T.1 Les Sept nains

Publié dans Critiques

Commenter cet article