Critique 511 - Mauvaise Line

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Laurent Bouhnik
Dessinateur : Stefan Thanneur
Coloriste : Stefan Thanneur
Éditeur : Emmanuel Proust
Collection : Ciné9

Taille : Format carré, couverture cartonnée
Dépôt Légal : 11/2006
ISBN-10 : 2-84810-015-X
ISBN-13 : 978-2-84810-015-9
Nb Pages : 88
Prix de détail : 29.95$ (15.90€)

Genre : Chronique



Synopsis du site de Dimédia
Superbe adolescente, la naïve Line cristallise l'attention des jeunes adultes d'une petite ville de province où l'on s'ennuie ferme. À l'usine, dans la rue, en famille, la beauté et la jeunesse de Line dérangent. Dans cet univers sclérosé, une note d'espoir apparaît avec Démo. Que peut apporter cet adolescent dilettante à une Line dont le caractère fort cache une grande fragilité ? Intimiste et novateur par sa forme, cet album dresse un portrait sans concession d'une adolescente qui subit les violences de son entourage avant de trouver sa propre voie. Sublime.

Écrite par le réalisateur de cinéma Laurent Bouhnik, dont les films Sélect Hôtel (1996) et 1999 Madeleine (1999) ont été en nomination dans divers festivals - en plus de remporter deux prix, cette bande dessinée relate les événements se déroulant lors de quelques jours qui marqueront à jamais la jeune et jolie Line. Victime de son passé violent, et d'une naïveté déroutante, elle se fera sexuellement harceler par une bande de gros-bras à l'usine où elle travaille, déclenchant ainsi une série d'événements qui, dans une cascade de réactions tout à fait typiques et loin d'être surprenantes, mèneront la vie de plusieurs d'entre-eux en descente vers l'enfer.

Réalisé dans un style tout à fait dépourvu d'édulcoration, et mis en couleurs avec autant de vivacité dans le rendu des couleurs que dans l'exubérance des propos dépeints par l'artiste, ce retour de Stefan Thanneur dans le monde de la bande dessinée met fin à une absence de 13 années depuis la parution du deuxième et dernier tome de la série La Hyène.

En bref, voici une réalisation où le rendu graphique choque autant que l'histoire racontée. Virulente et intense, cette bande dessinée ne s'adresse toutefois pas à tous les lecteurs, surtout pas ceux qui préfèrent en lire pour relaxer et se divertir! Par contre, les appréciateurs de récits véhéments et tonitruants y trouveront certes leur contentement! wink

ok ok ½ /5

Lien vers la critique d'un autre album de la collection Ciné9:
arrow Baraka T.2 La Chance aux trousses

Publié dans Critiques

Commenter cet article

conrad 12/02/2009 13:17

ça déchire! ça change des BD gnangnans! C'est aujourd'hui et maintenant, ça secoue et ça fait du bien aux yeux, du bien au cerveau! Super dessins!!!