Critique 567 - Journal d'un fantôme

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Nicolas de Crécy
Dessinateur : Nicolas de Crécy
Coloristes : Nicolas de Crécy
Éditeur : Futuropolis

Taille : Format normal
Dépôt Légal : 02/2007
ISBN-10 : 2-7548-0062-X
ISBN-13 : 978-2-7548-0062-4
Nb Pages : 224
Prix de détail : 45.50$ (24.00€)

Genre : Roman Graphique



Synopsis du site de Gallimard
Nicolas de Crécy a choisi de se mettre lui-même en scène avec, comme partenaire et compagnon de voyage, un dessin « en cours de formation ». Petites réflexions pleines d'humour sur la réalité et sa transcription, sur la contrainte du travail et la liberté de l'émotion, sur les traits qui tentent d'arriver au dessin, sur le dessinateur qui dessine encore et encore, sur le dialogue sans cesse renouvelé du créateur et de sa création... Tout cela par un Nicolas de Crécy plus libre et pertinent que jamais.

L'auteur lyonnais Nicolas de Crécy, lequel compte actuellement de ses oeuvres dans les catalogues d'un grand nombre d'éditeurs européens, livre aujourd'hui un second One-Shot en collaboration avec les éditions Futuropolis, dans lequel il relate un voyage d'apprentissage de style pour son compagnon difforme et de bonnes manières pour lui-même. Ressemblant étrangement au personnage de Monsieur Fruit, ce compagnon étrange est en fait un dessin inaccompli et en recherche de forme définitive pour une campagne de publicité. hein

Mélangeant l'absurde de ce personnage irréel avec la dure réalité du comportement abject de son "manager", l'auteur présente, à travers un nombre impressionnant de 224 planches, une histoire qui possède quelques passages touchants, avec d'autres plus humoristiques, mais qui dans son ensemble évolue très peu. Le style du dessin, quant à lui, connaît quelques changements en cours d'album, pour finir comme il a commencé, soit sur un trait brut donnant l'impression d'être réalisé rapidement, et sans rehaussement de couleurs. neutral

En bref, la lecture de cet album laisse une impression mitigée, alors que l'on se sent partagé entre une certaine forme d'intéressement pour certains des passages de l'album, et un indéniable aspect d'ennui dû à l'aspect monotone et répétitif des actions représentées. Cela se résume donc par un album bien moyen, malgré son impressionnant volume et sa qualité d'impression et de reliure. sad

ok no /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article