Critique 866 - R T.1 Rachel

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Manboou (Audrey Fasquel)
Dessinateur : Manboou
Coloriste : <Aucun> - Noir & Blanc
Éditeur : Dargaud

Taille : Format A5, couverture souple
Dépôt Légal : 01/2008
ISBN-10 : 2-505-00260-6
ISBN-13 : 978-2-505-00260-4
Nb Pages : 128
Prix de détail : 17.95$ (8.50€)

Genre : Chroniques



Présentation de l'éditeur
Rachel cohabite avec Rose, barmaid, qui a, entre autres mérites, celui de garder la tête sur les épaules. Non que Rachel soit une écervelée, mais elle manque de confiance en elle et a, du coup, du mal à trouver ses marques : avec François, qui ne rêve que d'une chose : emménager avec elle ; avec son voisin, plutôt joli garçon, mais dont le côté intello lui fait peur ; avec Richard, musicien pilier du bar de Rose, qui passe sa vie à la taquiner, histoire de dissimuler la tendresse qu'il a pour elle ; et enfin avec sa mère, une psy à l'égocentrisme exacerbé, rendue encore plus imbuvable par son récent divorce. Six chapitres ponctuent ce récit conçu dans l'esprit manga.

Premier de trois tomes visant les tribulations du passage de l'adolescence à l'âge adulte, comprenant bien sûr les difficultés liées au constant conflit intérieur entre le désir de l'émancipation et la résistance à vouloir prendre des responsabilités, ce volet initial de la série intitulée simplement R (pour la première lettre du prénom de chacun des protagonistes) permet de découvrir les quatre personnages principaux de la trilogie, en portant d'abord un regard plus approfondi sur les événements concernant principalement la jeune Rachel. smile

Ayant récemment quitté le foyer familial, cette dernière cherche désespérément à intégrer le marché du travail dans son domaine de prédilection, soit la coiffure, tout en se remettant constamment en question sur sa situation amoureuse avec son petit ami actuel. Dans le portrait, on retrouve bien sûr François, son conjoint, mais aussi Rose, la proche amie et colocataire de Rachel, ainsi que Richard et Raul, deux jeunes hommes fougueux qui ressentent chacun une attirance indéniable pour la jolie demoiselle... wink

Présentée dans un format A5, tout près de celui préconisé pour les publications de mangas, cette bande dessinée en noir & blanc offre un moment de lecture thématisé sur les relations compliquées, avec une saveur dominante axée sur la sentimentalité des personnages. Dans le même genre, mais sans toute la saveur de L'Année du Dragon, voilà donc la première partie d'une oeuvre qui devrait incontestablement trouver la majeure partie de son lectorat chez un public principalement féminin. smile

ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article