Critique 443 - Survivant T.1 Danger

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Takao Saito
Dessinateur : Takao Saito
Coloriste : <Aucun> - Noir et blanc
Lettrage : Anne Demars
Traduction : Kazuko Sigal & Inomata Noriko
Éditeur : Milan
Collection : Kankô

Taille : A6, couverture souple
Dépôt Légal : 09/2006
ISBN-10 : 2-7459-2391-9
ISBN-13 : 978-2-7459-2391-2
Nb Pages : 384
Prix de détail : 12.95$ (6.95€)

Genre : Manga; Aventure



Synopsis du site de Dimédia
À la suite d'un gigantesque tremblement de terre, un jeune homme se retrouve seul sur une île déserte sans moyen de communiquer avec l'extérieur et sans ressources. Après avoir espéré dans un premier temps qu'on vienne le chercher, il se rend compte qu'il est isolé et perdu. Débute alors pour lui une lutte quotidienne pour la survie face à des situations concrètes : trouver de la nourriture, un abri, lutter contre les animaux sauvages, fabriquer des vêtements pour l'hiver, faire du feu... Chaque acte, évident pour notre monde moderne, doit être réinventé avec les moyens du bord. Le personnage usera de sa mémoire pour se rappeler les conseils de ses grands-parents ou ses cours sur l'Égypte ancienne, l'Afrique, le Japon médiéval... afin de confectionner un four, des vêtements, d'apprendre à chasser ou à se créer une hutte. Il réinvente également les gestes qui sauvent ou soignent et refait ainsi le parcours d'apprentissage de l'humanité. La lutte se pose également sur le plan psychologique : surmonter les échecs et affronter la solitude se révèlent vite être des défis à relever pour survivre. Sa force de caractère sera mise à rude épreuve.

Un peu dans le même genre que le film Cast Away, de Steven Spielberg et mettant en vedette l'excellent Tom Hanks, voici le premier d'une série de dix tomes relatant la débrouillardise d'un jeune garçon d'une quinzaine d'années, alors que suite à un important séisme, il se retrouve à être le seul survivant de son groupe d'expédition. Affrontant ainsi la faim, la soif, les éléments de la nature, ainsi que les animaux sauvages, il apprend doucement à s'adapter à son enviromment afin de lutter efficacement pour sa survie.

Originalement paru de 1976 à 1978 chez LEED Publishing, il aura fallu attendre 30 ans avant de pouvoir apprécier ce classique de Takao Saito, un des derniers monstres sacrés du manga encore en vie et aussi, pionnier du style Gekiga, soit le manga pour adultes des années 50. Il est donc maintenant possible pour les lecteurs de partager l'aventure du jeune survivant à travers ce récit raconté comme le serait un journal personnel, et où le développement minutieux de l'histoire accorde beaucoup d'attention à l'évolution de son apprentissage ainsi qu'à ses découvertes quotidiennes. wink

En bref, illustrée dans un style qui résiste aux années de façon surprenante, cette nouveauté, présentée dans la collection Kankô chez Milan, devrait aisément plaire à tout amateur du genre, et peut tout aussi convenablement agir en tant qu'introduction au monde des mangas pour les néophytes de ce style de bandes dessinées. smile

ok ok ok /5

Publié dans Critiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article