Critique 446 - Avaler la Terre T.1

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Osamu Tezuka
Dessinateur : Osamu Tezuka
Coloriste : <Aucun> - Noir et blanc
Traduction : Jaques Lalloz & Patrick Honnoré
Éditeur : Milan
Collection : Kankô

Taille : A6, couverture souple
Dépôt Légal : 08/2006
ISBN-10 : 2-7459-2387-0
ISBN-13 : 978-2-7459-2387-5
Nb Pages : 256
Prix de détail : 12.95$ (6.95€)

Genre : Manga; Aventure



Synopsis du site de Dimédia
Sur son lit de mort, Zephils (qui maudit l'humanité) demande à ses sept filles de réaliser ses dernières volontés : détruire l'argent, déstabiliser les lois et la morale et prendre sa revanche sur les hommes. Se faisant passer pour leur mère, les orphelines exécutent son plan machiavélique. Grâce à la diffusion mondiale du Dermoïd Z, une peau synthétique pouvant imiter quiconque à la perfection, tout un chacun usurpe l'identité d'autrui. C'est le début du chaos à tous les niveaux de la société.

Aujourd'hui considéré comme «le Hergé japonais», Tezuka Osamu est un auteur japonais de manga reconnu internationalement comme l'un des plus grands de l'histoire de la BD. Inventeur du dessin animé japonais moderne, auteur de Astro le petit robot, de La Vie de Bouddha ou encore du mythique Ayako, il a aussi créé en 1970 un série de mangas dans laquelle sept jeunes femmes d'une beauté exceptionnelle utilisent leur charme afin de prendre le contrôle sur les hommes les plus puissants de la planète. Leur but? Assouvir la soif de vengeance de leur mère qui, sur son lit de mort, leur a fait promettre de faire payer aux hommes sa vie gâchée. evilgrin

Ainsi, dans ce premier de deux épisodes parus en août dernier, l'auteur permet aux lecteurs de découvrir l'étendue du monde imaginaire dans lequel il place ses protagonistes. Avec pour personnage principal un jeune ivrogne qui n'a de quête que de retrouver la prochaine occasion d'étancher son insatiable soif, Osamu Tezuka réussit néanmoins à le guider dans une aventure aux multiples situations imprévues et humoristiques. Par conséquent, invité à travailler pour un riche ami de son père, Gohonmatsu Seki se retrouve face à l'une des jeunes Zéphirus, mais saura-t-il résister à son charme? chepas

Illustré dans un style qui fait penser aux bandes dessinées du journal Mickey, cette nouveauté permet un moment de lecture à la satisfaction d'ensemble variable. En effet, les 12 épisodes contenus dans ce premier opus ont tendance à être bien irréguliers, voire même discontinus, et donc font osciller l'impression générale entre le bon et le moins bon. Malgré tout, une curiosité s'installe dans l'esprit du lecteur qui le poussera certainement à continuer la série dans le deuxième volet. wink

ok ok ½ /5

Publié dans Critiques

Commenter cet article