Critique 603 - Yeux de Pandora (Les)

Publié le par Philippe Grenier

Scénariste : Vincenzo Cerami
Dessinateur : Maurilio "Milo" Manara
Coloriste : - Noir et Blanc
Lettrage : Moscow Eye
Traduction : Hélène Dauniol-Remaud
Editeur : Les Humanoïdes Associés

Taille : Grand format
Dépot Légal : 03/2007
ISBN-10 : 2-7316-1821-3
ISBN-13 : 978-2-7316-1821-1
Nb Pages : 64
Prix de détail : 23.95$ (12.90€)

Genre : Polar/Thriller



Synopsis du site de Les Humanoïdes Associés
Pandora est fille unique. Elle a depuis peu terminé le lycée et entre dans le monde des adultes en pleine forme : après des années de psychanalyse, elle se passe définitivement de son psychothérapeute, qui, pour elle, est presque devenu un second père. La jeune fille a toujours souffert de légers troubles, insomnies, cauchemars, problèmes de somnambulisme, petites manies... Aujourd'hui, Pandora est sereine et se lance avec bonheur vers un futur prometteur. Donc, tout va bien.

Mais voilà qu'au cours d'un après-midi pluvieux, une ombre suit Pandora de loin alors qu'elle rentre de l'université. Avec les jours qui passent, ce sont plusieurs personnes qui s'intéressent à la jeune fille. Ils la suivent avec leur fourgonnette décorée aux couleurs d'une laverie, jusqu'à ce qu'un soir, trois hommes la bloquent à l'angle d'une rue déserte. Ils la chloroforment et l'entraînent avec eux.

A partir de là, Pandora va être entraînée dans une aventure étonnante se situant en Turquie, où elle va découvrir son vrai père -- et le monde brutal des hommes, de la pègre -- et les chausse trappes tendues par un scénario de thriller diabolique, toujours au rythme d'une action trépidante.


Depuis près de vingt-cinq ans dans le monde de la bande dessinée, le nom de Maurilio Manara est synonyme de réalisations à caractère lubrique où les conventions et les limites du convenable ont été mises de côté afin de présenter des histoires charnelles mettant en vedette de jeunes femmes blondes, brunes ou rousses, peu importe, en autant qu'elles soient jolies. love Alors que les fantaisies représentées au sein des albums ont eu une navrante tendance à se répéter d'un tome à l'autre, et que l'aspect scénario a très souvent été mis de côté afin de favoriser l'illustration de jolies demoiselles, l'auteur a néanmoins réussi à y acquérir une réputation avec son style unique et son dessin esthétique, si bien que Le Déclic fait encore partie aujourd'hui des titres les plus vendus dans la bande dessinée du domaine érotique.

En ce qui concerne Les Yeux de Pandora, l'auteur délaisse le domaine de l'érotisme afin de livrer une première réalisation basée sur un récit de son cher ami Vincenzo Cerami. Ce dernier, romancier et auteur de scénarios pour les plus grands noms du cinéma italien, tels que Roberto Benigni pour La Vita è bella (1997), effectue ainsi une entrée remarquée dans la bande dessinée avec un polar haletant, enchaînant les rebondissements et les ruptures de ton dans le récit. smile

Une telle association entre ces deux artistes si talentueux a clairement suscité une grande attente au niveau des lecteurs, lesquels espéraient enfin lire un album de Manara soutenu par un scénario solide. Or, le résultat fourni, sans être ennuyeux, est plutôt décevant, et bien qu'il y ait une ou deux surprises dans le récit, ce dernier aurait mieux convenu à un téléfilm qu'à une adaptation en bande dessinée. Au niveau du dessin, toujours irréprochable malgré ses disproportions améliorées, c'est heureusement la bouée qui garde à flot cet album. neutral Enfin, c'est tout de même une excellente opportunité d'apprécier le dessin de Manara sans avoir besoin de faire une incursion dans le domaine de la BD érotique. wink

ok ok ½ /5

Lien vers le site de Milo Manara:
arrow www.milomanara.it

Publié dans Critiques

Commenter cet article